ActuNautique.com

Vidéo - démâtage et abandon du tout premier catamaran Privilège Série 7

C'est un gros coup dur que vient de subir le chantier olonnais Privilège Marine.

Son tout premier Privilège Série 7, Jesseas II, un catamaran de luxe de 22.70m de long (74 pieds) pour 44 tonnes, valant près de 4 millions d'euros, mis à l'eau en septembre 2015, et exposé sur le Salon International du Multicoque 2016, a sombré début mars, alors qu'il venait tout juste d'être livré après 8 mois de retard, suite à des problèmes de construction.

La chronologie des faits

C'est le vendredi 3 mars à 18h15 que l'accident survient en Méditerranée, à 8 milles nautiques de Garrucha, entre Almeria et Alicante, quelques jours à peine après la remise du bateau à son armateur.

L'équipage du Jesseas II, qui convoie le bateau pour le compte de son propriétaire vers Panama, lance un appel de détresse : le catamaran de luxe vient de démâter, dans des vents qui, au moment du sauvetage, montent jusqu'à 50 noeuds, mais qui étaient moindres lors de l'accident selon nos informations. Il est en proie à une importante voie d'eau, provoquée par la chute du mât carbone, sa coque tribord étant à demi-immergée.

Aussitôt prévenus, les secours s'organisent et un hélicoptère de la base d'Almeria - Helimer 219 - décolle pour porter secours aux naufragés. Devant l'état du yacht, il est décidé d'évacuer ses 5 occupants par hélitreuillage.

En parallèle, un remorqueur de sauvetage de haute mer, le SAR Mastelero (BS23) se rend sur zone avec un semi-rigide du Sauvetage en Mer, afin d'évaluer la situation. Des plongeurs attendent quelques jours (environ 1 semaine) pour dégager le gréement et remorquer le catamaran, maintenu hors de l'eau par des bouées, vers le port de Aguilas.

Un naufrage qui interroge : fallait-il naviguer dans de telles conditions de mer ? Le jeu de voiles était-il adapté ? Pourquoi l'équipage n'a t-il pas coupé le gréement après démâtage, opération indispensable dans un tel cas de figure ? (Sachant que couper des câbles inox de 19-22mm n'est tout de même pas simple, n'est pas réalisable au coupe câbles et nécessite une meuleuse).  

Un bateau qui cumule les déboires

Les déboires de ce yacht catamaran débutent bien avant son naufrage. Juste avant le Salon International du Multicoque 2016 pour être précis.

Convoyé vers la Grande Motte, il doit faire une halte dans un chantier naval afin de procéder à des réparations d'urgence, en vue de sa présentation au public. Des réparations qui se poursuivent après le salon, par un retour au même chantier, prélude à la livraison du bateau. 

Une livraison qui se passe mal.

Le tout premier Privilège Série 7, Jesseas II est en effet en proie à des bruits de marteau dans son mât. La livraison est repoussée. Une expertise amiable est décidée. 

Les investigations révèlent un problème au niveau de la cloison avant du bateau, pièce structurelle s'il en est, que le chantier a choisi de réaliser en infusion. La réparation s'avère être délicate ; le chantier prend en charge la réparation.

Le bateau est livré à ses propriétaires en début d'année et le convoyage débute début Mars.

=> autres articles sur Privilège Marine

Vidéo - démâtage et abandon du tout premier catamaran Privilège Série 7
Vidéo - démâtage et abandon du tout premier catamaran Privilège Série 7
Vidéo - démâtage et abandon du tout premier catamaran Privilège Série 7
Vidéo - démâtage et abandon du tout premier catamaran Privilège Série 7

Partager cet article

Commenter cet article

Delamare Didier 07/05/2017 12:16

Bonjour,
les équipages embarqués en contrat "Offshore Panama" avec une protection sociale presque nulle, n'ont aucune raison
de prendre des risques !

Pierre 02/05/2017 19:55

D'abord, il fait pas coucou, il guide le treuilliste. Et pour terminer, quel niveaux de compétences avaient les gars à bord ? Couper le gréement des le départ aurait peut-être éviter des soucis ultérieurs. Mais, avec des SI...

Jerome M 02/05/2017 08:18

Et merde pourtant un super chantier. Bon courage à toute l'équipe de Privilege Marine

Pierre G 01/05/2017 22:47

Les 3 premiers PRIVILEGE 745 etaient des mauvais bateaux qu ils a fallu alleger a cout de carbone partout ; une deuxieme serie a moules modifies a ete lance; Numero 4 , 5 et 6 puis faillite ; Bonjour les propriétaires de merde a 5 ou 6 M d euros ; certains avaient le pont plein d eau ; L infusion etait une plaisanterie ; La on fait quoi , on dit rien on prend les memes et on recommence ?

Catherine 07/05/2017 14:10

Rectificatifs urgents :
1) les 3 premiers 745 naviguent toujours, leurs propriétaires sont ravis et j'ai la joie de voir régulièrement ces unités
2) il n'y a pas de "carbone partout" (si ce n'est le mat, mais là rien de très surprenant, ils l'ont presque tous),
3) il y a eu rehausse de franc bord à partir du 4ème pour permettre du chargement supplémentaire (rappelons que ces propriétaires chargent généreusement leur cata)
4) je n'ai pas connu le N°6 construit à Lorient, sans doute l'allusion d'un pont "plein d'eau" ?
Bref, j'adore les forums à partir de moment où ils permettent d'échanger en connaissance de cause et sur des infos réelles et vérifiées ...

Gaëtan D 01/05/2017 21:39

Si ce type de bateua peut pas faire le dos rond à 50 noeuds...

AA 01/05/2017 21:27

Comme disait Tabarly "Petit bateau, petit emmerde"

DT 01/05/2017 21:26

D un autre côté prendre la mer par 50 noeuds annoncés avec un bateau que l on ne connaît pas qu'elle folie !

Dominique T 01/05/2017 21:21

On arrive à des limites techniques aussi bien dans le domaine de la grande plaisance que dans le domaine de la grande croisière il est temps de réinventer un nouveau concept mais plus facile à dire qu' à faire ....

jose a 01/05/2017 21:19

Petite précision, le cata a été laissé à la dérive durant près d'une semaine. L'eau entrait par le Sail drive qui a été endommagé suite au démâtage et à l'utilisation du moteur. On peut imaginer facilement qu'un simple remorquage et l'assistance d'une motopompe aurait suffi à ramener le bateau sur un port proche de moins de 10 milles...

Oli 01/05/2017 22:15

Tres juste. On evacue pas un bateau qui flotte parfaitement. De deux, il n'y a pas 50 nds de vent sur les images loin de la. De trois, la premiere personne helitreuillée qui fait coucou a la camera. C'est quoi la blague actu nautique??? Et c pas la premiere....