ActuNautique.com

Paquebot contre multicoques géants : tout savoir sur The Bridge 2017

The Bridge est une course qui oppose le Queen Mary 2, l'un des plus grands paquebots du monde, à quatre trimarans géants, dont 3 Ultime, et ce en hommage au centenaire du débarquement américain de la Première Guerre mondiale.

Crédit photo : Thierry Martinez
Crédit photo : Thierry Martinez
Crédit photo : Thierry Martinez
Crédit photo : Thierry Martinez
Crédit photo : Thierry Martinez
Crédit photo : Thierry Martinez
Crédit photo : Thierry Martinez
Crédit photo : Thierry Martinez
Crédit photo : Thierry Martinez

Crédit photo : Thierry Martinez

Cette course exceptionnelle sera aussi la première confrontation pour ces trimarans en format équipage. Partant de Saint-Nazaire pour New-York, ce parcours de 3150 milles devraient durer une semaine. 

Après le départ du Trophée du Cinquantenaire hier à 17 heures, dans le cadre du 13ème Record de la SNSM, intégré cette année à l'événement The Bridge, les quatre Ultimes se préparent maintenant à une transatlantique annoncée pleine de rebondissements ; les skippers seront confrontés à leur entrée dans l'estuaire de la Loire à une brise faible, ce qui les obligera certainement à prendre une route alternative, contrairement au Queen Mary 2, qui pourra se permettre de suivre la route directe quel que soit les conditions météorologiques. Le départ est prévu dimanche à 19 heures. 

Thomas Coville (Sodebo Ultim'), recordman du tour du monde à la voile en solitaire et en multicoque, a d'ores et déjà annoncé qu'il opterait pour la route Nord, tandis que Francis Joyon (IDEC Sport) prendrait celle du Sud. 

Le Queen Mary 2 annoncera son arrivée à New York le 1er juillet à 8 heures (heure locale), pour une moyenne de 550 milles parcourus par jour, sur les cinq jours et 19 heures de sa traversée ; soit environ 23 nœuds en route directe !

Les trimarans, qui ne bénéficieront pas des conditions météorologiques idéales, ni de la régularité de son rythme de croisière, sont néanmoins capables d'effectuer des pointes à 40 nœuds et des journées à 700 milles ! Une autre difficulté pour les trimarans sera d'aborder Long Island, en raison d'une zone d'exclusion des glaces au Sud de Terre-Neuve qui limite les possibilités par le Nord…


« Sur les routages aujourd’hui, nous sommes plutôt sur une route Nord qui nous amènerait à New York après huit à neuf jours de mer parce que ça démarre assez lentement, mais la course est avant tout entre nous quatre : à ce jour, nous n’avons pas la possibilité, avec les prévisions annoncées, d’arriver avant le Queen Mary 2. Ce qui ne retire rien au match que nous allons vivre entre nous quatre avec des trajectoires qui peuvent franchement différer », expliquait Thomas Coville à la conférence de presse de vendredi matin.


La route du Sud n'est pas simple non plus, avec l'implosion de l'anticyclone des Açores à la fin de la semaine prochaine. Les skippers misent ainsi sur une traversée de 8 jours à temps plein. L'important pour les trimarans sera leurs vitesses moyennes et la distance parcourue en une journée sur ces 3150 milles. 

Ils sont dit :

Régis Benazech (Directeur de la Communication et du Développement de la SNSM) :

« Le Record SNSM fête sa treizième édition sur un parcours original pour les Multi50, car l’idée cette année était d’organiser un événement qui complète The Bridge, pour valoriser la solidarité maritime et honorer la venue du Queen Mary 2. Lors de son arrivée à Saint-Nazaire samedi, des vedettes de la SNSM viendront accompagner ce superbe paquebot jusqu’à sa forme de radoub : il fera alors résonner sa corne de brume et hissera le pavillon de la SNSM. Pendant ce temps-là, les canots de sauvetage déclencheront des feux à main orange, la couleur symbolique de la Société Nationale de Sauvetage en Mer. De même, le Queen Mary 2 sera accompagné jusqu’à la sortie du chenal lors de son départ dimanche pour New York. » 

Thomas Coville (skipper de Sodebo Ultim’) :

« The Bridge sera vraiment la première confrontation que nous aurons en trimarans Ultimes ! Ces bateaux hors normes sont conçus pour des courses en solitaire et en particulier pour un tour du monde. Le Collectif Ultim s’est en effet projeté jusqu’en 2019 mais le point de départ de ce programme, c’est The Bridge, une course en équipage : j’ai donc briefé mes équipiers sur la sécurité et sur la météo pour nous concentrer sur le match. » 

François Gabart (skipper de MACIF) :

« C’est historique ! Nous sommes cent ans après le débarquement des Américains qui ont permis de clore la Première Guerre mondiale et nous avons la première course de multicoques Ultimes en équipage. Le Queen Mary 2 a une vitesse moyenne proche de la nôtre sur un tel parcours, tout en embarquant des journalistes et des partenaires : c’est une idée exceptionnelle pour créer des liens avec le public. Et si on a la chance de se croiser au milieu de l’Atlantique, c’est génial ! Et n’oublions pas qu’il y a deux bateaux présents ici à Saint-Nazaire, qui ont réalisé des records extraordinaires autour du monde, en solitaire (Sodebo Ultim’) et en équipage (IDEC Sport). »

Partager cet article

Commenter cet article