ActuNautique.com

Brexit : Londres dénonce un accord de pêche 

Le gouvernement britannique a notifié ce lundi sa décision de quitter la Convention de Londres sur la pêche de 1964 (avant l'entrée du Royaume-Uni dans l'UE en 1973), qui autorise la pêche dans une zone comprise entre 6 et 12 milles marins au large des côtes des pays signataires.

Brexit : Londres dénonce un accord de pêche 
Brexit : Londres dénonce un accord de pêche 

Dans l'objectif de retrouver un contrôle exclusif des droits de pêche à proximité de ses côtes, Londres prive les pêcheurs britanniques de travailler dans les eaux de cinq pays : la France, la Belgique, l'Irlande, les Pays-Bas et l'Allemagne. 

Pour le ministre de l'Environnement britannique, Michael Gove :

« C'est une première étape historique vers la construction d'une nouvelle politique de la pêche nationale au moment où nous quittons l'Union européenne. Pour la première fois en 50 ans, nous allons pouvoir décider qui peut avoir accès à nos eaux. » 

La décision a été saluée par la Fédération nationale britannique des organisations de pêche, très engagée en faveur du Brexit : 

« C'est une bonne nouvelle et une étape importante dans l'établissement d'un État côtier indépendant », a affirmé son président, Barrie Deas. 

De son côté, le ministre de l'Agriculture et de la Mer irlandais, Michael Creed, a qualifiée cette mesure de « malencontreuse ».

Le processus de sortie de la Convention de Londres, dont le point de départ a été donné ce lundi, durera deux ans. Les autorités britanniques devront aussi négocier leur sortie de la PCP (Politique Commune de la Pêche).

En 2015, les navires britanniques ont pêché 708 000 tonnes de poissons, pour une valeur totale de 900 millions d'euros. De leur côté, les navires étrangers pêchant dans les eaux britanniques en vertu de la Convention de Londres ont pêché 10 000  tonnes de poissons. 

Partager cet article

Commenter cet article