ActuNautique.com

Un navire militaire sombre au large du Cameroun ; 34 disparus

Le chavirage en mer d'un navire militaire au Cameroun a fait une trentaine de disparus ce dimanche. L'information a été rapidement confirmée par la division communication du ministère de la Défense camerounais dans un communiqué.

Un navire militaire sombre au large du Cameroun ; 34 disparus
Un navire militaire sombre au large du Cameroun ; 34 disparus
Un navire militaire sombre au large du Cameroun ; 34 disparus

Le Mudemba est un navire ravitailleur du Bataillon d'intervention rapide (Bir), de l'unité spéciale « BIR Delta ». L'accident est survenu vers 6 heures du matin, au large de Debuncha (Ouest du pays). Le bateau avait à son bord 37 membres d'équipage et militaires des forces spéciales. 

Le bateau avait quitté Limbé au début de la matinée du 16 juillet pour rejoindre la presqu'île de Bakassi plus au Nord.

La région, riche en ressources naturelles (pétrole et poissons) avait été rétrocédée au Cameroun par le Nigeria en 2002, à la suite d'un litige territorial qui avait failli déclencher une guerre entre les deux pays. 

Les militaires se rendaient dans une base en construction sur la presqu'île de Bakassi, désignée comme une zone de développement prioritaire par le gouvernement camerounais. 

Ils convoyaient alors des camions pour assister le chantier, ainsi que des matériaux de construction et des denrées alimentaires. L'alerte a été donnée immédiatement après que la salle des opérations ait perdu la trace du navire. 

A partir de l'après-midi, plusieurs vedettes et autres navires ont été dépêchés sur zone par le haut commandement militaire camerounais. Une section du Bataillon spécial amphibie (BSA de Limbé) a également été déployé avec un détachement de plongeurs pour commencer les recherches.

Un hélicoptère a ensuite repéré des traces de carburant menant au lieu probable du naufrage, et 3 soldats ont pu être repêchés, établissant pour l'instant un bilan de 3 rescapés et 34 disparus. Le Mudemba aurait sombré suite à une mer devenue brusquement agitée. Une réunion de crise s'est tenue à Limbé. 

La question de la vétusté du matériel maritime se pose parmi les différents acteurs camerounais, d'autant plus que le navire se rendait dans une zone peu sûre du fait de la présence de rebelles nigérians qui s'opposent toujours à la rétrocession de la presqu'île au Cameroun, un processus qui s'est achevé en 2013.

Partager cet article

Commenter cet article