ActuNautique.com

Danemark - il fait couler son sous-marin pour masquer la mort d'une journaliste suédoise

Le dénouement macabre tant redouté du fait divers qui aura fait vibrer la Suède une bonne partie de l'été, vient de trouver sa conclusion.

Danemark - il fait couler son sous-marin pour masquer la mort d'une journaliste suédoise

On connaissait le détroit de l'Öresund, en Baltique, qui sépare la Suède du Danemark et sur lequel se font face les villes de Malmö et Copenhague, pour son pont-tunnel qui constitua en son temps un véritable exploit technologique. Egalement pour sa série policière Bron (le Pont en Suédois), dont l'un des scénarios aurait facilement pu trouver son origine dans le macabre fait divers qui nous intéresse aujourd'hui.

Le 11 août dernier, une journaliste indépendante suédoise, Kim Wall, était portée disparue suite au naufrage dans le détroit de l'Öresund, d'un sous-marin à bord duquel elle avait pris place, avec son inventeur, Peter Madsen.

Ce dernier vient de révéler à la police que sa passagère était morte accidentellement à bord du sous-marin au large de la pointe de l'île de Refshaleøen, à Copenhague, dans la soirée du 10 août et qu'il avait décidé de se débarrasser de son corps 50 kms plus au sud, dans la baie de Køge, avant de faire couler son sous-marin, le Nautilus, le plus gros sous-marin artisanal (18m)  jamais mis à l'eau lors de sa construction, en 2008.

Localisé dès le lendemain, après le sauvetage de son propriétaire, le sous-marin avait été renfloué et fouilé, sans que l'on ne retrouve de trace de la journaliste disparue. Les incohérences des explications de Peter Madsen avaient dès lors poussé les enquêteurs à le présenter à un juge d'instruction le 12 août, pour des auditions à huis clos.

Diplômée de l'Ecole supérieure de journalisme de Columbia, basée à New York et en Chine, Kim Wall, journaliste indépendante travaillait pour des titres comme The Guardian et le New York Times.

Juste avant sa disparition, le 10 août, Kim Wall avait été aperçue sur le kiosque du sous-marin de Peter Madsen, souriant, dans l'attente de réaliser un reportage unique sur l'inventeur du Nautilus.

Un reportage qui aura viré au drame. Peter Madsen a été inculpé d'homicide involontaire par négligence.

Partager cet article

Commenter cet article

GC 22/08/2017 09:29

J'ai suivi cette affaire depuis le début! Elle a commencé le 11 Août 2017, le jour où j'étais de passage à Copenhague lors de mon voyage en Scandinavie.

Comment Peter Madsen, un passionné de conception et de réalisation de sous-marins et de vaisseaux spatiaux, un des fondateurs de Copenhagen Suborbitals et concepteur du plus grand sous-marin artisanal du monde (le UC3 Nautilus, qui a servi de scène de crime) a-t-il pu commettre l'irréparable en jetant une journaliste par-dessus bord, au beau milieu de la Køge Bugt (Baie de Køge, au Sud de Copenhague)?
En plus, pour faire croire à une défaillance technique et cacher les preuves, il a coulé le sous-marin en ouvrant les ballasts et l'écoutille, et cela juste avant d'être secouru.

Quel genre de marin est-ce? Est-ce comme cela qu'il traite ses équipiers?
Comme quoi, on ne peut jamais connaitre complètement le skipper avec qui on embarque.

Reste à savoir à quel degré est l'homicide (4ème : accident/violence sans intention de tuer, 3ème : perte de discernement, 2ème : meurtre sans préméditation ou 1er : avec préméditation). Le sous-marin a été renfloué le 12 Août 2017 et a probablement livré des éléments de réponse. Espérons que toute la vérité sera faite sur cette affaire.
Les autorités maritimes danoises, suédoises et la Swedish Sea Rescue Society (SSRS, l'équivalent suédois de la SNSM) recherche le corps de la journaliste dans la Køge Bugt, et dans le détroit de l'Øresund.

J'ai une pensé pour la famille. J'espère que Kim Wall, la journaliste, n'a pas souffert.