ActuNautique.com

Priorité au service pour le chantier naval rennais R-Marine (35) !

Priorité au service pour le chantier naval rennais R-Marine (35) !

Il y a un an et demi, Franck Delambre rachetait le chantier R-Marine de Rennes avec un associé. Premier bilan de cette reprise 18 mois plus tard !

Franck Delambre, vous avez repris le chantier R-Marine, à Rennes il y a un an et demi, avec un associé ; chantier qui commercialisait Mercury, Bombard et B2 Marine et disposait dans le domaine de l'accastillage d'un AD Corner. Quel bilan dressez-vous après un an et demi de reprise ?

Franck Delambre - Après un an et demi de reprise, nous pouvons déjà compter sur la confiance de nos clients, qui reviennent vers le chantier depuis que nous l'avons repris et axé notre stratégie sur le service. Cette confiance se traduit pas une croissance de notre chiffre d'affaires et le développement d'une nouvelle clientèle qui jusqu'alors ne nous connaissait pas !

Pourquoi avoir repris ce chantier ? 

FD - C'est une opportunité qui s'est présentée à nous ; je n'étais pas encore prêt à reprendre un chantier naval, mais on ne refuse pas une opportunité qui se présente à vous, alors pourquoi ne  tenter l'aventure ?

Comment s'est passée votre rencontre avec le précédent propriétaire du chantier ? 

FD - Nous nous sommes rencontrés par une connaissance commune : nous avons appris qu'il y avait un chantier à vendre sur Rennes, et nous avons fini par nous rencontrer avant de nous décider à reprendre cette affaire

Le précédent propriétaire avait orienté sa stratégie sur la vente de bateaux neufs. En reprenant le chantier, vous changez de stratégie, et décidez de vous concentrer sur le service. Pourquoi un tel changement ? 

FD - Nous avons dès le départ tout misé sur le service en laissant un peu tomber la vente de bateaux, qu'ils soient neufs ou d'occasion. Notre objectif était d'améliorer le service, aussi bien dans l'atelier que dans le magasin, car nous sommes le seul shipchandler sur Rennes et bénéficions de l'enseigne Accastillage Diffusion ; nos clients devaient avoir de quoi se dépanner !

Comment vous positionnez-vous sur le marché, car votre chantier naval est situé au milieu des terres, ce qui est assez inhabituel pour un chantier et un magasin d'accastillage ?

FD - Beaucoup de Rennais possèdent des bateaux transportables sur remorque, et certains de nos clients ont un anneau sur la côte. In fine, notre marché se situe principalement sur les bateaux transportables.

Lors de la première année, vous arrêtez quasiment la vente de bateaux pour vous concentrer sur le service et au bout d'un an, les clients satisfaits de l'entretien de leurs bateaux sur remorque reviennent et vous achètent des bateaux : votre chiffre d'affaires passe alors de 350 à 700 000 euros !

FD - Oui, les clients satisfaits du service à l'atelier et de l'accueil reviennent : même s'il faut passer une demi-heure avec un client, même si le client veut faire sa révision lui-même, on le conseille sur les pièces qu'il nous achète et on prend le temps d'expliquer...

Sachant que votre objectif n'est pas de vendre les bateaux les plus gros, mais ceux que les gens vont utiliser : vous refusez ainsi de vendre des bateaux trop gros à des néo-pratiquants qui auront du mal à le mettre à l'eau. 

FD - Bien sûr, un primo-accédant n'aura pas l'objectif d'acheter un bateau de 7-8 mètres pour le mettre à l'eau tous les jours ; il vaut mieux acheter un petit bateau facile à mettre à l'eau, au moins pour 2-3 ans, pour se faire la main, le temps de demander un mouillage éventuellement

En parallèle, votre activité d'accasitilleur croît fortement via votre AD Corner…

FD - Tout à fait, un beau développement, et encore une fois nous avons beaucoup misé sur le service, le magasin et l'atelier.

Franck Delambre, quelle est votre stratégie, sur les douze prochains mois ?

FD - Notre objectif est de continuer sur cette voie ! Nous ne nous attendions pas à faire autant cette année… Nous avons un très bon retour des clients, qui nous font confiance ; notre stratégie, c'est d'apporter un vrai service sur Rennes !

Partager cet article

Commenter cet article