ActuNautique.com

Les bateaux semi-rigides Zeppelin fournisseurs officiels d'Energy Observer

Le fabricant français de semi-rigides Zeppelin a signé un partenariat avec Energy Observer, le navire 100% autonome fonctionnant aux énergies propres, auquel il fournit deux embarcations. Baptisé le 9 juillet dernier à Paris, le navire a embarqué le 15 juillet pour un tour du monde qui durera 6 ans.

Les bateaux semi-rigides Zeppelin fournisseurs officiels d'Energy Observer

Energy Observer est le premier bateau entièrement autonome fonctionnant uniquement grâce à une combinaison d’énergies renouvelables, alliant énergie photovoltaïque, éolienne ainsi qu’une propulsion motorisée fonctionnant à l’hydrogène.

Equipé des dernières technologies en matière énergétique développées par le CEA-LITEN (le Laboratoire d’Innovation pour les Technologies des Energies nouvelles et les Nanomatériaux), l’Energy Observer s’embarque pour un tour du monde de 6 ans avec 101 escales prévues.

Cette expédition unique en son genre a pour objectif de tester et optimiser ces nouvelles technologies dans des conditions réelles, pour ensuite pouvoir les développer dans différents secteurs, nautiques comme terrestres.

A cela vient s'ajouter la volonté de trouver des solutions durables partout dans le monde et de participer à leur développement, ainsi que la détermination de prouver que la transition énergétique en matière de transport est possible.

Zeppelin a donc été choisi comme fournisseur officiel du projet Energy Observer auquel il fournit 2 embarcations doté"es de moteurs hors-bord Suzuki :

  • un 16R destiné à servir d’annexe aux marins du bord pour manœuvrer, sécuriser et approvisionner le catamaran
  • un 20vpro plus spécialement destiné aux équipes de tournage qui tout au long de l’expédition vont mettre en image l’aventure du premier navire à hydrogène autour du monde.

"Nous sommes fiers de participer à ce beau projet", déclare François Penlae, directeur de l’usine Zeppelin sur ActuNautique, "fiers de participer à ce laboratoire de nos navigations
futures, dont les solutions testées à bord serviront un jour à des navigations plus propres pour les semi-rigides de demain, et ainsi de soutenir l’innovation technologique en matière
environnementale et de transport".

Partager cet article

Commenter cet article