ActuNautique.com

Christian Picard (Alubat) - nous sommes ouverts à une technologie mixte aluminium-composite

ActuNautique a rencontré Christian Picard, directeur général d'Alubat, chantier basé en Vendée, aux Sables-d'Olonne, et spécialiste des monocoques de grand voyage en aluminium.

Christian Picard, DG du chantier vendéen Alubat (Les Sables d'Olonne)

Christian Picard, DG du chantier vendéen Alubat (Les Sables d'Olonne)

Christian Picard, nous vous avions rencontré au Grand Pavois 2016, date à laquelle vous aviez repris le chantier Alubat. Que s'est-il passé depuis un an et où en est le chantier ?

Christian Picard - Depuis le Grand Pavois 2016, nous avons relancé l'activité commerciale, du chantier, recréé un site Internet, établi un nouveau fichier client, redynamisé les actions commerciales… 

Alubat est un petit chantier qui a fabriqué jusqu'à 60 bateaux par an avant de connaître les aléas de la crise économique de 2008. Actuellement, nous sommes en train de le redynamiser et nous avons 7 bateaux en construction, dont un Cigale et plusieurs Ovni? Nous travaillons en outre de plus en plus sur des bateaux customisés.

Est-ce là la stratégie d'Alubat, d'aller vers plus de customisation ?

Christian Picard - Tout à fait, je pense que nous sommes l'un des derniers chantiers français à proposer à nos clients de participer à la construction de leur bateau. 

Sachant également qu'il s'agit d'un bateau sur lequel il vont vivre plusieurs mois par an, puisque ce sont des bateaux de grand voyage (blue sailing), auxquels on accède souvent au moment de la retraite et qui permettent d'aller n'importe où, aussi bien dans les régions chaudes que dans les régions froides... 

Nous avons aujourd'hui un carnet de commandes qui n'a rien à voir avec celui qui existait il y a un an, et nous arrivons à avoir une année de carnet de commandes d'avance, ce qui est une belle victoire pour le personnel d'Alubat, qui est un personnel ancien – certains ont 35 ans d'entreprise – et il nous fallait leur apporter du travail. 

L'un des projets d'Alubat est un catamaran. Christian Picard, aller dans le multicoque, était-ce indispensable ?

Christian Picard – Nous avons construit à ce jour 1500 bateaux. Le problème majeur que nous rencontrons chez Alubat est que notre principal concurrent est le marché de l'occasion de nos anciens bateaux ! Ils sont très solides, ont 20, 25 ans et sont encore en parfait état ; il nous suffit d'appliquer une nouvelle peinture et ils sont comme neufs !

Il y a ensuite un autre marché qui s'est développé en partant d'une niche, c'est le multicoque,  bien adapté aussi au grand voyage. 

Nos clients ont envie de sortir des sentiers battus, d'aller vers des destinations comme les Spitzberg, la Nouvelle-Calédonie, les canaux de Patagonie… Associer catamaran et aluminium a donc beaucoup de sens, sachant que ce matériau est encore peu utilisé sur le marché des multicoques.

Pour répondre à cette attente, nous avons imaginé l'OvniCat 48, un bateau de 48 pieds pour compenser le poids de l'aluminium. Il a été conçu avec le designer intérieur Tunisien Samer Lasta, ce qui est une grande première chez nous !! Samer a travaillé sur toute la gamme Bali et chez Aventura, pour créer des design intérieurs modernes et très agréables. 

Et avec une autre innovation à la clef, qui est l'emploi du composite, pour le pont, une autre grande première chez Alubat !

Christian Picard – Le composite est aujourd'hui un matériau complètement au point, notamment au niveau de son collage sur l'aluminium. Cette association va nous permettre d'atteindre une bien meilleure productivité, en aménageant le bateau en « pont ouvert » et en « roof ouvert ». 

Jusqu'à maintenant, Alubat n'avait construit que du 100 % aluminium. L'apport de composite est un aspect vraiment novateur et nécessaire sur un catamaran qui se doit de rester léger. Cela nous permet également d'intégrer un nouveau concept de fabrication.

Christian Picard, peut-on imaginer demain qu'un Cigale ou qu'un Ovni aura un pont en composite, ce qui serait alors une révolution ?

Christian Picard - On peut raisonnablement l'imaginer. Ce n'est pas à l'ordre du jour, mais je pense qu'il faut s'ouvrir sur cette technologie. Le coût horaire de main d'oeuvre en France est devenu énorme, et nous devons être plus productifs, tout en continuant à produire des bateaux de la meilleure qualité, qui peuvent naviguer dans toutes les mers du monde !

Quelle est la feuille de route d'Alubat pour 2017-2018 ?

Christian Picard – Notre feuille de route 2017-2018, c'est de satisfaire nos clients, qu'ils soient de plus en plus heureux, et qu'il y ait un vrai service après-vente. Nous ne voulons pas revenir aux chiffres qu'avait Alubat il y a 10-15 ans, mais nous voulons fabriquer une quinzaine de bateaux par an de grande qualité. 

L'autre bonne nouvelle, c'est que nous avons ré-équilibré notre chiffre d'affaires, qui est à présent positif. Cela nous permet de réinvestir dans du développement, des nouveaux produits, sur lesquels nous n'avions plus aucune latitude puisque nous ne gagnions plus d'argent. Une belle victoire en un an ! 

Christian Picard (Alubat) - nous sommes ouverts à une technologie mixte aluminium-composite
Christian Picard (Alubat) - nous sommes ouverts à une technologie mixte aluminium-composite
Christian Picard (Alubat) - nous sommes ouverts à une technologie mixte aluminium-composite
Christian Picard (Alubat) - nous sommes ouverts à une technologie mixte aluminium-composite
Christian Picard (Alubat) - nous sommes ouverts à une technologie mixte aluminium-composite
Christian Picard (Alubat) - nous sommes ouverts à une technologie mixte aluminium-composite
Christian Picard (Alubat) - nous sommes ouverts à une technologie mixte aluminium-composite

Partager cet article

Commenter cet article