Economie de la plaisance et du nautisme

Lundi 3 mars 2014 1 03 /03 /Mars /2014 10:23
- Publié dans : Economie de la plaisance et du nautisme

etoile polaire vente aux encheres

 

Déception pour les professionnels et particuliers qui proposaient 17 belles unités, notamment de bateaux classiques.

 

C'est la déception qui régnait samedi après-midi à Saint Malo, à l'issue de la vente aux enchères organisée par la société Emeraude Enchères. 

 

Car aucun des 17 bateaux proposés à la vente n'a trouvé preneur, qu'il s'agisse d'un ketch de voyage de chez Amel ou de superbes bateaux classiques, notamment 3 unités proposées par Bob Escoffier, fondateur de la société Etole Marine Croisières.

 

=> les détails de la vente de samedi

 

Le navigateur, qui souhaitait céder 3 navires dont il ne se sert pas, notamment l'Etoile Polaire, un ketch de 1916, qui constituait le clou de la vente, ne masquait pas se déception.

 

La faute à un marché nautique tendu, mais ausi à un segment des bateaux classiques qui n'intéresse que des amateurs avertis.

 

Un échec peut être aussi, à mettre sur le compte de prix de vente trop élevés, car il ne faut pas oublier qu'en deux ans, le prix des bateaux d'occasion a "glissé" de 30 à 50% selon les modèles...

 

=> aux articles traitant de ventes aux enchères
=> toute l'économie du nautisme et de la plaisance

 

 

Ecrire un commentaire
Voir les 1 commentaires
Vendredi 28 février 2014 5 28 /02 /Fév /2014 17:26
- Publié dans : Economie de la plaisance et du nautisme

encombrement-de-catamarans-lagoon-aux-sables-d-olonne.JPG

 

Le port des Sables d'Olonne encombré de catamarans ne pouvant partir en livraison, du fait des tempêtes successives !

 

Faut-il y voir la rançon du succès pour la marque Lagoon, le leader mondial des catamarans de plaisance à voile, filiale du groupe Bénéteau ?

 

Olivier d’Enquin, en charge des livraisons des catamarans de la marque bordelaise, construits à l’usine de Belleville-sur-Vie, en Vendée (dont la taille est comprise entre 12 à 15 m), est un peu débordé : une trentaine de catamarans Lagoon se sont en effet accumulés dans le port des Sables d’Olonne depuis 2 mois, en attendant de pouvoir prendre la mer pour rejoindre leurs propriétaires. Sans compter les 15 autres bateaux eux aussi vendus mais pour l’instant toujours à terre, en attente d’être mis à l’eau...

 

En effet, même si le responsable des livraisons aimerait que la situation se décante, on est plutôt heureux chez Lagoon de constater que la marque est victime de son succès, cette situation reflétant plutôt un signe de bonne santé économique !

 

En temps normal, guère plus de 12 navires se côtoient au ponton « Lagoon », avant de prendre la mer pour rejoindre leurs propriétaires. A ce jour, et depuis le 17 décembre, 30 bateaux, dont la livraison a été effectuée, n’attendent qu’une fenêtre météo clémente de 2 à 3 jours pour pouvoir partir. 

 

ponton-lagoon-les-sables-d-olonne.JPG

 

Le problème ? Des fenêtres météo d’une journée seulement : insuffisant pour traverser le Golfe de Gascogne !!

 

La météo difficile que l'on connaît depuis des semaines ne laisse pas en effet de portes de sortie suffisamment importantes pour donner aux équipages professionnels le temps nécessaire pour traverser le Golfe de Gascogne. 

 

Car il faut deux à trois jours pour « dégolfer », et depuis décembre, force est de constater que les conditions météorologiques n’ont pas laissé plus d’une journée d’affilée de répit.

 

"Je n’ai jamais vu ça depuis 8 ans que j’occupe ce poste ! La situation est très compliquée, d’un point de vue logistique déjà, et puis les skippers et propriétaires s’impatientent", raconte Olivier d’Enquin sur ActuNautique.com.

 

=> autres articles sur Lagoon

 

Toute cette agitation un peu exceptionnelle a quand même un côté convivial, puisque depuis deux mois, de nombreux équipages de toutes nationalités se côtoient sur les pontons du port des Sables d'Olonne, dormant à bord en attendant leur hypothétique départ.

 

Ainsi, en passant près des pontons, il n'est pas rare d'entendre parler grec, russe, turc, portugais, croate, espagnol, canadien, anglais, allemand… Certains des skippers, n’en pouvant tout de même plus d’attendre, se sont octroyés quelques jours ou semaines aux sports d’hiver, histoire de profiter agréablement de la situation !

 

Mais globalement, tous ont quand même hâte de quitter le port des Sables, si agréable soit-il, pour mener à bien la mission qui leur a été confiée : convoyer un bateau à bon port, jusqu’à son propriétaire.

 

Et ce ne sera pas avant une semaine, après le passage... d’Andrea !

 


=> l'actualité économique du nautisme et de la plaisance
=> toute l'actualité de la voile, sur ActuNautique.com

 

Ecrire un commentaire
Voir les 3 commentaires
Vendredi 28 février 2014 5 28 /02 /Fév /2014 16:42
- Publié dans : Economie de la plaisance et du nautisme

cartana-poncin-yachts.JPG

 

Une charge exceptionnelle de 1 million d'euros n'aurait pas été prise en compte avant audit financier.

 

La société Poncin Yachts, constructeur des catamarans de plaisance de la marque Catana, a décidé de reporter sine die la date de son Assemblée Générale.

 

Dans un communiqué de presse, Poncin Yachts indique que l'audit final des comptes 2012-2013 aurait mis en évidence des facteurs de risques, liés à des opérations réalisées durant cette période.

 

Des audits supplémentaires à réaliser n'auraient pas permis à la société de boucler la certfication de ses comptes avant l'AG du 27 février. 

 

Les risques indiqués par Poncin Yachts consisteraient en fait en une charge complémentaire d'environ 1 millon d'euros. L'AG de la société doit avoir lieu avant le 31 mai 2014. 

 

=> autres articles sur Poncin Yachts
=> l'actualité économique du nautisme et de la plaisance 

Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires
Mardi 25 février 2014 2 25 /02 /Fév /2014 12:34
- Publié dans : Economie de la plaisance et du nautisme

chantier-Grand-Banks.JPG

 

Le constructeur de trawlers de luxe, explique ce retour à une bonne fortune par le redémarrage du marché américain.

 

Durement touché par la crise de 2009 et le plongeon du marché du nautisme, Grand Banks, le spécialiste iconique du marché des trawler yachts, vient de publier son tout premier résultat trimestriel positif depuis cette date.

 

Grand Banks enregistre ainsi un profit de 269000 dollars pour le second trimestre de son exercice, clos au 31 décembre, pour un chiffre d'affaires en croissance de 42%, à 9.5 millions de dollars.

 

grand-banks.JPG

 

Un retour au profit essentiellement dû au retournement du marché américain, sur lequel Grand Banks réalise l'essentiel de son activité, mais aussi à une stratégie de réduction des coûts qui semble avoir porté ses fruits. 

 

Un an auparavant, Grand Banks enregistrait encore près de 800 000 dollars de pertes sur cette même période. 

 

Basé à Singapour, Grand Banks a initialement développé une gamme de trawlers, des vedettes de long voyage dotées d'une carène à déplacement, avant de se lancer en 1993 sur le marché des lobster boats avec sa série Eastbay. Accompagnant ses clients, le chantier a par la suite développpé ses premiers motoryachts en 2001, en présentant sa gamme Aleutian.

 

=> toute l'actualité du Yachting
=> autres articles sur Grand Banks

 

Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires
Vendredi 21 février 2014 5 21 /02 /Fév /2014 15:15
- Publié dans : Economie de la plaisance et du nautisme

etoile-polaire-vente-aux-encheres.JPG

 

Une vente exceptionnelle, réalisée à la demande de particuliers et de professionnels du nautisme.

 

Le 1er mars prochain, l'étude Emeraude Enchères Saint Malo SAS organisera une vente aux enchères peu ordinaire puisqu'elle consistera dans la vente de pas moins de 15 bateaux, bateaux à moteurs et voiliers, dont certaines très belles unités à l'instar de l'Etoile Polaire, de l'Escapade, de l'Etoile Boréale, de Mandragore ou de Krischna.

 

13 des bateaux proposés à la vente seront visibles à Saint Malo, le samedi 1er mars, de 9h00 à 12h00, les deux unités restantes étant basée à Lorient et Roscoff, étant visibles sur rendez-vous. Certains d'entre-eux appartiennent à Bob Escoffier, le célèbre navigateur et fondateur de la société Etoile Marine Croisière.

 

ActuNautique a retenu quelques navires exceptionnels faisant partie de cette vente, notamment :

 

ETOILE POLAIRE :

KETCH de 1916 Dimensions 22,90x4,77m, coque bois, quille en fonte, arrière en forme, allonge voute, carré acajou, Yacht classique réalisé au chantier allemand Abeking et Rasmussen Lieu de visite: SAINT-MALO à flot, quai de Terre Neuve, bassin Duguay Trouin

 

etoile polaire vente aux encheres

 

ETOILE BOREALE :

KETCH AURIQUE de 1920 Voilier traditionnel en bois, ancien harenguier danois, entièrement rénové en 1980, pont refai et gréement neuf en 2012, inverseur neuf en 2013. Dimensions : 17x3,60m Tirant d'eau : 1,60 Lieu de visite: LORIENT pour les visite du vendredi appeller au 02.99.40.03.67

 

Etoile-Boreale.JPG

 

GWEN BLEIZ :

 COTRE HOUARI de 1963 Le bateau est actuellement en entretien complet : peintures intérieures : des fonds et du bordé + vernis intérieur . Changement du toit du rouf . Tout le bois extérieur vernis à été décapé , et sera revernis . La peinture extérieure ( oeuvres morte et vive) sera refaite . Le moteur : réfrigérant démonté et nettoyé ( par professionnel ), vidange et changement des filtres effectué . Les espars sont revernis . Les voiles lavées par une entreprise. Dimensions : 6,21x2,24m Lieu de visite : ROSCOFF - SOUS HANGAR CHEZ LE PROPRIETAIRE Pour les visite du vendredi appeller le chantier au 02.99.40.03.67

 

gwen-bleiz.JPG

 

ESCAPADE :

GOELETTE BERMUDIENNE de 1928 plans de l'architecte J. Alden. Dimensions 13,73x4,19m, 2 mâts à restaurer entièrement Classé monument historique Lieu de visite: SAINT-MALO SOUS HANGAR

 

escapade.JPG

 

MANDRAGORE  :

MAICA de 1962 maîca à tableau sur plan de Illingworth et Primrose. Bordés acajou sur membrures acacias, bateau entretenu dernière réfection en 2013. Dimensions : 10,08x2,74 Tirant d'eau : 1,74m Lieu de visite: SAINT-MALO - SUR QUAI de Terre Neuve, Bassin Dugay Trouin

 

mandragore.JPG

 

FLEURS DES ONDES :

LANGOUSTIER DE 1953 Coque en chêne avec un pont en pin d'orégon. Dimensions : 17x5,63m Tirant d'eau : 3m, 7 voiles avec plan de voilure de 200m² , moteur perkins 120cv. Remplacement en 2011 des pavois et jambettes, du tableau arrière , calfatage oeuvres mortes en 2011 Lieu de visite: SAINT-MALO - A FLOT quai de Terre Neuve bassin Dugay Trouin

 

Fleurs.JPG

 

KRISCHNA V :

KETCH SANTORIN de 1992 Santorin Ketch Amel 1992, Moteur perkins prima 50cv révisé en 2013, génois neuf 2013, GV neuve 2013, vaigrage neuf 2013. Dimensions 13,94x3,93 lieu de visite: SAINT-MALO - SUR QUAI de Terre Neuve, bassin Dugay Trouin

 

Krischna-V.JPG

 

 

Accéder à toutes les informations pratiques relatives à cette vente : cliquer ici 

 

=> toute l'actualité du Yachting, sur ActuNautique.com
=> autres ventes aux enchères de bateaux

 

 

Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires
Lundi 10 février 2014 1 10 /02 /Fév /2014 09:57
- Publié dans : Economie de la plaisance et du nautisme

lagoon.JPG

 

Les projets urbains conduits sur la rive droite de la Garonne, à Bordeaux, pourraient pousser le chantier Lagoon à s'agrandir ailleurs.

 

En forte croissance, le leader mondial des catamarans de croisière, filiale du group Bénéteau, poursuit un développement à succès et s'attaque désormais à un nouveau marché fort prometteur, celui des yachts catamarans à moteur. Ce dans le cadre de la stratégie du groupe Bénéteau de se positionner rapidement comme le leader mondial du motonautisme, le moteur représentant 80% du marché mondial du nautisme !

 

Dans ce cadre, le chantier CNB-Lagoon, situé quai de Brazza, à Bordeaux, sur la rive droite de la Garonne a besoin de place !

 

Le chantier est l'un des poids lourds de l'économie bordelaise. Le site de 11 hectares emploie en effet 550 salariés, pour un chiffre d'affaires de 150 millions d'euros, exporté à près de 80%.

 

En 2008, juste avant la crise, le chantier avait déjà présenté un plan d'agrandissement de son usine, située dans une zone industrielle. La crise a repoussé ce projet qui revient aujourd'hui sur le devant de la scène, du fait du dynamisme des ventes du chantier. 

 

Las, entretemps, les choses ont changé du côté de la mairie de Bordeaux qui envisage de créer un nouveau quartier urbain, quai de Brazza : en bref, des habitations plutôt que de l'industrie... 

 

L'enjeu est de taille aussi bien pour CNB-Lagoon que pour la CUB : l'agrandissement du chantier, par rachat d'une partie du site Soferti, pourrait lui permettre d'employer jusqu'à 900 salariés, pour un chiffre d'affaires de 250 millions d'euros, ce qui représenterait l'une des plus grosses usines de construction de bateaux de plaisance au monde.

 

Autant dire que la balle est dans le camp des politiques qui devront rapidement se positionner, car les terrains industriels ne manquent pas le long de l'estuaire de la Garonne. 

 

Industrie, je t'aime moi non plus : peut-être faut-il trouver là aussi, l'une des causes de la désindustrialisation de notre pays ?

 

=> autres articles sur CNB-Lagoon
=> toute l'économie du nautisme, sur ActuNautique.com

 

 

Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires

En temps réel sur Twitter

Web TV d'ActuNautique.com

Bouton-ActuNautique-YouTube-Wev-TV.gif


Découvrez sans plus tarder la Web TV d'ActuNautique.com : plus de 60 interviewes et présentations de bateaux, toutes exclusives, pour permettre d'en savoir plus sur un chantier, sa stratégie et les différents modèles qu'il commercialise.  

A suivre sur ActuNautique

NAUTI-2014-WEB-280x100

ActuNautique sur Facebook

Rechercher

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés