ActuNautique.com

3ème comité de concertation sur le projet de parc naturel marin du bassin d'Arcachon (33)

Le troisième comité de concertation pour l'étude d'un parc naturel marin sur le bassin d'Arcachon et son ouvert s'est réuni le 8 novembre 2011 à Lanton sous la présidence conjointe du vice-amiral d'escadre Anne-François de Saint Salvy, préfet maritime de l'Atlantique, et du préfet de la région Aquitaine, préfet de la Gironde, Patrick Stefanini.

Cette troisième réunion a permis de présenter le projet de parc naturel marin : orientations de gestion, périmètre et conseil de gestion.

Les sept orientations de gestion présentées ont fait l'objet d'un consensus du comité de concertation, reconnaissant que ces objectifs étaient nécessaires à l'équilibre du Bassin.

Le périmètre du projet de parc naturel marin a été discuté. Les questions du comité ont surtout porté sur les limites de ce périmètre :

  • delta de la Leyre, 
  • bassin versant, 
  • l'ouvert au-delà des 3 nautiques (5 km)…

Les préfets ont pu rappeler que toute activité, située dans le parc ou en dehors de son périmètre, de nature à altérer de façon notable le milieu marin, peut être soumise à avis conforme du Parc. De plus, les sites Natura 2000 en mer inclus à plus de 50% dans le parc seront gérés par le conseil de gestion. L'action du parc naturel marin peut donc aller au delà de son périmètre.

Le dernier point présenté fut la composition du conseil de gestion, organe de gouvernance du futur parc naturel marin. Les préfets ont été saisis par les différents groupes d'acteurs pour avoir une meilleure représentativité au conseil : représentants des collectivités territoriales, filières nautiques et transports de passagers, pêcheurs professionnels, chasseurs, usagers de loisirs (plaisanciers et sports nautiques), association de protection de l'environnement et du patrimoine culturel et personnalités qualifiées, etc.

Les préfets entendent souligner qu'une bonne représentativité est la clef de réussite du conseil de gestion. Néanmoins, le nombre des membres doit permettre une bonne gestion du conseil et aucun collège ne saurait à lui seul avoir la majorité.

Les moyens humains, techniques et financiers du futur parc ont été explicités : ils proviendront de l'Agence des aires marines protégées, établissement public sous tutelle du Ministère du développement durable.

Le projet devrait être soumis à enquête publique dans les communes littorales en décembre 2011.

 

Premar-Brest.JPG

Crédits photo : Nathalie Gauyacq

 

Partager cet article

Commenter cet article