ActuNautique.com

America's Cup - après le drame, interrogations sur la rigidité d'Artemis Racing

Artemis-Racing.JPG

 

Le décès du stratégiste britannique du défi suédois dans la dislocation du catamaran pose la question de sa rigidité de construction.

 

24H00 après le drame qui a coûté la vie à un équipier du défi suédois de l'America's Cup, les questions sont nombreuses quand au bateau lui même, l'AC 72 de l'équipe.

 

Il apparaît en effet qu'alors qu'il abattait, l'équipage a été surpris par la réaction du catamaran qui a piqué du nez avant de se disloquer.

 

Si personne ne commente pour l'instant cet accident, les questions sont nombreuses au sujet de l'AC72. Le bateau de l'équipage suédois, qui avait déjà fait l'objet de plusieurs interventions techniques, notamment au niveau des poutres reliant les deux coques, afin d'en améliorer la rigidité, a-t-il connu des problèmes de structure ?

 

Ces problèmes sont-ils liés à un défaut de construction ou plutôt de conception ?

 

Lors de l'accident tragique, Artemis Racing effectuait son dernier entraînement sur son premier AC72, un second ayant été construit pour participer à la Coupe Louis Vuitton, en juillet, qui départagera le finaliste devant aller batailler contre le détenteur de la Coupe, Oracle.

 

Les AC72 sont des catamarans de 22m de long dotés d'une aile rigide de 260m2, conçus pour voler sur l'eau. Ils peuvent en effet filer à plus de 40 noeuds soit plus de trois fois la vitesse du vent, sur leurs foils, laissant dire à d'aucuns qu'ils fabriquent du vent !

 

Maneuvrer ces monstres technologiques est particulièrement délicat, notamment lors des manoeuvres de virement de bord, réputées brutales. Tout comme lorsque que le bateau "monte"sur ses foils", ou il est difficile de rester à bord selon certains équipiers.

 

=> Toute l'actualité de l'america's Cup est sur ActuNautique.com

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article