ActuNautique.com

Capricho entre dans Carthagène : Colombia, Colombia, Colombia !

clemence rebours - vignette actunautique-copie-1C'est au son de cet appel, étrange mais parfaitement à propos, tournant en boucle sur le canal 16 de la VHF que nous sommes entrés dans Cartagena de Indias, mercredi 19 décembre, à 6h du matin.

 

Jeudi 20 décembre 2012, Carthagène, Colombie.

 

22 jours après avoir quitté Las Palmas de Gran Canaria, 5 jours depuis Saint Lucia. Décidément, Capricho aime arriver à l'"amanecer"... 

 

carthagene-1.JPG

 

En arrivant, on voit d'abord des gratte-ciels : le nouveau quartier résidentiel de Boca Grande. Quelques grues : le port, ou plutôt un petit bout du port industriel. Puis on aperçoit deux dômes et une pointe dans la partie basse : la Vieille Ville... Fondée en 1533 par les Conquistadores pour rassembler l'or du continent et l'envoyer en Espagne, Carthagène est depuis longtemps un grand port. Par la mer, on peut y entrer de deux façons : en contournant l'île de Tierra Bomba ou en visant juste, pour passer entre deux petites bouées placées dans un passage plus étroit mais plus direct, entre Carthagène et l'île de Tierra Bomba.

 

carthagene-3.JPG

 

Le plaisancier distrait ne peut pas s'imaginer que ce passage direct renferme un piège conçu pour les navires anglais et pirates (ce qui revenait un peu au même à l'époque !) : une muraille sous-marine... Le seul passage assez profond pour une quille se situe donc entre ces deux petites bouées rapprochées. C'est le passage que choisit le Capricho pour faire sa première entrée dans Carthagène. Les bouts sont lancés, réglés, le bateau est amarré, son moteur est coupé. Après 22 jours de voyage, Capricho est arrivé à bon port, son capitaine, Romain, peut souffler ! Et moi, je pose le pied en Amérique du Sud...

 

carthagene-2.JPG

 

La proximité de la marina, du port industriel, de la Vieille Ville, du nouveau quartier résidentiel et de ses gratte-ciels est étonnante mais donne une taille humaine à cette grande ville que l'on peut parcourir à pied. Son port étant situé dans la baie, on peut se baigner côté mer, juste devant la Vieille Ville. Et quelle Vieille Ville...

 

D'architecture coloniale, colorée, baignée de soleil bien sûr, calme : elle a, comme le quartier de Getsemani qui la jouxte, énormément de charme ! La promenade le long des murailles qui l'entourent est vraiment jolie. Je la fais avec mon premier ami colombien : Fabian. Egalement en vélo, seul et pour la première fois à Carthagène, le contact est spontané, nous discutons en roulant, décidons de nous baigner p uis d'aller prendre un verre...

 

carthagene-4.JPG

 

Cette première rencontre marque définitivement le début de la seconde partie du voyage : c'est très exactement ce que je cherche !

 

carthagene-6.JPG

 

Si on vous télétransportait à Carthagène, plusieurs choses vous surprendraient : la chaleur, d'abord. Accablante à midi en plein soleil, un bonheur dès qu'il y a un peu d'air (ou d'ombre). Les dizaines de vendeurs ambulants, ensuite, qui vous vendent de l'eau fraîche (logique !), du café (plus étonnant), des fruits, des beignets de toutes sortes. Puis les petits stands sédentaires : une table, deux chaises, des téléphones, et hop, on appelle où on le souhaite en Colombie ou en France. 20 minutes pour le prix de 2 depuis un portable français. Celui-ci vous vend des cartes sim pour rien, celui-là des cigarettes, des briquets et des bonbons. L'achalandage est étonnant mais on s'habitue vite. Les motards qui discutent dans la rue ? Ce sont des moto-taxis !

 

carthagene-5.JPG

 

Puis il y a les policiers, beaucoup de policiers. En sens interdit sur un trottoir, je serre les dents à la vue du gilet jaune et bleu... qui me fait un clin d'œil ! Cool la police :-).

 

carthagene-7.JPG

 

Après avoir fêté son arrivée avec le propriétaire du bateau, la famille et les amis, la tripulacion du Capricho se disperse peu à peu. Je reste une nuit de plus à dormir à la belle étoile sur le Fly Bridge, l'étage du bateau. Je m'endors au son des grues qui ne s'arrêtent jamais et m'éveille avec le soleil, à 6h, pour voir un cargochargé à ras-bord quitter la baie... Demain, je quitte Carthagène pour Medellin et ses fêtes de Noël apparemment immanquables !

 

C. Rebours

"A Rumbo Libre en Amérique du Sud"

 

Partager cet article

Commenter cet article