ActuNautique.com

Chômage partiel chez Bénéteau et Jeanneau

groupe-Beneteau.JPG 

 

L'atonie du marché des petites et moyennes unités contraint le groupe français à prévoir des mesures de chômage partiel dans ses sites de production de Vendée (85) et du Maine et Loire (49).

Voile ou moteur, le marché des petits et moyens bateaux de plaisance est à la peine, conduisant l'un des leaders mondiaux du secteur, le groupe Bénéteau, de recourir à des mesures de chômage partiel pour 7 de ses usines, qu'il s'agisse des marques Bénéteau ou Jeanneau.

Le groupe a ainsi prévu un maximum de 100 000 heures chômées, courant de mai à juillet. Une situation que le groupe avait connue en 2008 et 2009, au plus fort de la crise.

Le redémarrage prévu en France est difficile, du fait d'un contexte fiscal assassin, n'incitant pas les gens disposant de fonds à investir, de la molesse du marché européen et des difficultés rencontrées en Amérique du Sud, en Chine et en Asie, alors que l'Amérique du Nord se révèle être un vrai ballon d'oxygène. 

Ce marché, très axé sur le motonautisme conforte la stratégie du groupe d'équiliber à terme ses ventes entre les bateaux à moteur et les voiliers, le groupe ayant toujours été plutôt axé sur ce second segment de marché.

En Amérique du Nord, les ventes de vedettes de luxe Prestige, construites aux Herbiers, affichent ainsi une croissance de près de 30% !!

Cette nouvelle, met en exergue la situation difficile des distributeurs de bateaux de plaisance en France, qui, s'ils n'ont pas assez diversifié leur activité vers la location, les accessoires ou l'entretien, se retrouvent actuellement dans des positions très tendues.

 

=> autres articles sur Bénéteau
=> autres articles sur Jeanneau

=> toute l'actualié économique du nautisme et du maritime 

 

Partager cet article

Commenter cet article