ActuNautique.com

Colloque de géopolitique maritime, à bord du BPC Tonnerre, le 9 octobre à Monaco

Tensions récentes en mer de Chine ou en océan Arctique glacial, le monde maritime focalise les attentions. Demain, l'épuisement des ressources terrestres va rendre nos économies plus dépendantes des ressources de la mer. Ce basculement de la terre vers la mer - cette «maritimisation» - entraîne de facto des conséquences stratégiques majeures, dont une territorialisation des espaces maritimes jusqu'alors libres d'accès et l'émergence de rivalités nouvelles entre grands pôles de développement.

 

Fort d’un domaine maritime de onze millions de kilomètres carrés, vingt fois la superficie de la métropole, la France doit ainsi faire face à la nouvelle géopolitique des océans.

 

Autant de problématiques que va aborder et éclairer le colloque «Droit de la mer, 30 ans après Montego Bay, opportunités économiques et défis environnementaux» organisé le 9 octobre prochain à bord du Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC) Tonnerre.

 

 BPC-Tonnerre.JPG

 

Parmi les intervenants à ce colloque de prestige organisé par la revue Marine & Océans, des invités de renom dont l’Amiral Bernard Rogel, chef d’état-major de la Marine nationale, Elie Jarmache, chargé du droit de la mer au Secrétariat général de la mer, Catherine Chabaud, navigatrice membre du Conseil économique, social et environnemental, Raymond Vidil, président d’Armateurs de France et administrateur du Cluster Maritime Français ou encore Pierre Royer, l’auteur de «Géopolitique des océans. Qui tient la mer tient le monde?».

 

Soutenu par la Marine nationale, le Cluster Maritime, la Fondation Prince Albert II de Monaco, l’Institut océanographique - Fondation Albert Ier, le Prince de Monaco, ce colloque abordera également des questions épineuses dont celle des «pressions économiques et changements environnementaux: quelle gouvernance pour les océans face aux nouvelles problématiques?». L’opportunité d’aborder des problématiques globales, telles que la surpêche, le réchauffement climatique et l’acidification des océans aux zones géographiques sensibles comme l’Arctique ainsi que les défis liés à l’explosion des transports, à l’essor de l’exploitation des ressources énergétiques, minérales et génétiques.

 

À noter que son S.A.S le Prince Albert II de Monaco conclura les débats de ce colloque dédié à la nouvelle géopolitique des océans.

 

      photo - Marine Nationale

Partager cet article

Commenter cet article