ActuNautique.com

Controverse autour de la nouvelle Loi Littorale espagnole

littoral-espagnol.JPG

 

Uniquement votée par le parti au gouvernement, elle suscite colère et indignation dans le pays.

 

Si le principe du vote d'une Loi Littorale est généralement bien admis par les populations et les mouvements de protection de l'environnement, il semble que ce consensus n'ait pas été atteint en Espagne.

 

Pour le gouverment central, l'objectif de cette loi était de mettre de l'ordre dans le chaos immobilier qui règne sur la côte espagnole, un euphémisme tant le bétonnage sauvage la caractérise. Pour l'opposition espagnole et les mouvement écologistes, cette nouvelle loi devrait tout au contraire, favoriser une privatisation du littoral, et accélérer ce même bétonnage !

 

Dans les faits, cette nouvelle Loi interdit toute nouvelle construction sur le littoral, mais entérine 1000 bâtiments commerciaux et industriels construits ces 20 dernières années, tout comme... 125 000 logements, récompensant les fraudeurs pour leur persévérance !

 

En parallèle, cette loi très décriée repousse de 100 mètres à 20 mètres à peine, la limite de protection de la zone côtière, depuis le rivage ! 

 

Elle donne enfin aux communes, la possibilité d'urbaniser ou non les zones limitrophes... Dans un pays ou des potentats locaux ont poussé à la construction d'aéroports internationaux au milieux de nulle part et à celle de stades géants vides de tous spectateurs, le pire est à redouter...

 

Partager cet article

Commenter cet article

Clem 29/08/2013 07:56

Merci d'avoir partagé l'info. J'habite en Espagne, et effectivement le pire est à venir pour le littoral espagnol. Aucune remise en question sur le bétonnage de l'ensemble de la côte
méditerranéenne. Les promoteurs et politiques ont toujours été culs et chemises, ils continuent de se gaver, avec bien sur les banques qui récupèrent ces constructions pour les revendre aux
étrangers.
En Galice, en voit sans cesse les attaques des élus pour urbaniser les zones protégées. Sans les écolos et la ténacité de certains, ces trésors seraient à vendre aux plus offrants (étrangers,
encore).