ActuNautique.com

Dernière ligne droite pour la Solitaire du Figaro

derniere-etape-solitaire-du-figaro-2013.JPG

 

La dernière étape de La Solitaire du Figaro n'est pas une étape comme les autres.

 

Juste avant que le rideau ne tombe, elle est l'ultime scène où faire entendre sa voix. Chacun des 40 coureurs a quelque chose à y prouver. Pour les déçus de Porto, Gijón et Roscoff, elle recèle de nouveaux espoirs. Pour les hommes de tête, elle est celle de tous les risques. C'est pourquoi elle promet une régate magnifique dans les cailloux de la Bretagne nord, les courants du Four et du Raz de Sein, et dans la brise sous les côtes anglaises.


En tête avec 29 minutes et 56 secondes d'avance, Frédéric Duthil (Sepalumic) espère un scénario limpide jusqu'à Dieppe où l'occasion lui serait donnée de faire parler son expérience et sa maîtrise du bateau dans la brise. Ses poursuivants, de Morgan Lagravière (2e) à Fabien Delahaye (9e à 1h17), rêvent au contraire d'un tracé farci de chausse-trappes. De fait, ce 4e acte à destination de Dieppe a de quoi les réjouir. Le tracé est compliqué et la navigation sera technique, musclée, balisée par de nombreuses marques de parcours qui n'offriront que de rares opportunités pour se reposer.

 

Hier, avec l'amélioration relative des conditions météorologiques annoncées en Manche (la dépression est moins virulente que prévu), la Direction de Course de La Solitaire a décidé de revenir au parcours initial de 520 milles. Côté météo, cette 4e étape sera soumise à un régime de vents de secteur ouest, mais avec de nombreuses fluctuations en direction et en force. Pour résumer : du près jusqu'à Ouessant (à laisser à bâbord) dans un vent d'ouest-nord-ouest modéré, puis, les spis sortiront des sacs jusqu'à la chaussée de Sein où il faudra opérer un virage en tête d'épingle.

 

La remontée vers la Grande Basse de Portsall (à laisser à bâbord) se fera probablement au reaching, avant une première traversée de la Manche sur un bord en direction de Wolf Rock. La navigation sous les côtes anglaises prendra l'allure d'une belle cavalcade au portant dans un vent de sud-ouest qui va se renforcer (25/30 noeuds) avec l'arrivée d'une dépression vendredi soir. La transmanche retour à partir de Fairway jusqu'à Antifer et le dernier tronçon vers Dieppe promettent d'être très sportifs.

 

Bref, il y en aura pour tous les goûts et à toutes les allures, toutes les forces de vent, sans oublier le courant qu'il faudra prendre en compte le long des côtes bretonnes.  Les premiers solitaires, attendus samedi soir sous les falaises de craie, arriveront exténués.

 

Quel que soit le scénario, il n'y aura pas le choix, « il faudra se saigner aux quatre veines » dit Yann Eliès. « Etre à fond, à fond, à fond » insiste Gildas Morvan. Or, que l'on soit en tête ou relégué plus loin au classement, l'attaque est encore la meilleure des solutions. Tout le monde veut arriver en Normandie la tête haute, sans rien avoir à regretter. Et pour cela, comme le dit Paul Meilhat, il faut tout de suite se mettre « en mode guerrier » pour affronter ce dernier combat.

 

La Solitaire du Figaro 2013 en bref :


Les  marins

 

41 inscrits dont 6  anciens vainqueurs, 6 étrangers, 7 bizuths, une femme

 

Le  programme

 

24 mai : Présence  des bateaux à Bordeaux (estuaire de la Gironde)
25-31 mai : runs  exhibition sur la Gironde / Bordeaux
1er juin :  Prologue Bordeaux - Pauillac - Eric Bompard cachemire

 

Etape 1  Bordeaux/Porto (Portugal) 536 milles
Départ le 2 juin à  13h00 (ligne de départ Pauillac
Arrivées prévues  le 5 juin

 

Etape 2  Porto/Gijón (Espagne) : 452 milles
Départ le 8 juin à  12h00
Arrivées prévues  le 11 juin

 

Etape 3  Gijón/Roscoff : 436 milles
Départ le 13 juin  à 12h00
Arrivées prévues  le 16 juin

 

Etape Roscoff/Dieppe : 514 milles
Départ le 20 juin  à 13h00
Arrivées prévues  le 23 juin.

Partager cet article

Commenter cet article