ActuNautique.com

Echouement du Fromveur II - le rapport accablant du BEAmer

fromveur-II-talonnage.JPG

 

Le rapport d'enquête du Bureau d'Enquête Accident Mer vient d'être publié, qui conclut à un manque de vigilance, à une trop grande vitesse, et au manque de visibilité dû au brouillard.

 

Le mardi 3 septembre 2013, dans la matinée, le navire de transport à passagers FROMVEUR II quitte le port du Conquet pour desservir les îles de Molène et Ouessant (département du Finistère) avec 361 passagers et 8 membres d’équipage. En approche de l’île de Molène, une brume épaisse réduit fortement la visibilité et nécessite une navigation au radar. 

 

Vers 10h30, le navire heurte et s’échoue sur les roches de la Basse Réal situées à l’entrée du chenal d’accès au port de Molène. Malgré les manœuvres effectuées, le navire reste échoué, sans gîte. 

 

Aucun passager n’est blessé et les différentes investigations et actions menées par les membres d’équipage confirment que l’unique voie d’eau, dans le compartiment machine, est maîtrisée par les moyens d’asséchement mis en œuvre. 

 

fromveur-II-talonnage-2.JPG

 

Chronologie des faits

 

Le mardi 3 septembre 2013 : 

 

  • À 08h20, le navire FROMVEUR II appareille du port de Brest à destination du port du Conquet. 
  • Vers 09h20, arrivée au port du Conquet. 
  • À 09h45, départ du port du Conquet à destination de l’île de Molène en empruntant le chenal du Four puis le chenal des Laz. La visibilité est bonne. 
  • Vers 10h00, contact radio VHF entre le patron de la vedette DOCTEUR TRICARD et le capitaine du FROMVEUR II pour préciser la hauteur d’eau au port de Molène et la nécessité du concours de la vedette. 
  • Vers 10h16, le navire embouque le chenal des Laz. Échelle radar réglée sur 3 milles. 
  • Vers 10h20, la vitesse fond est de plus 15 nœuds. Le navire approche de la sortie du chenal des Laz. Un banc de brume épaisse recouvre l’île de Moléne et ses approches. Se trouvent à la passerelle le maître d’équipage, l’homme de barre, le chef mécanicien, le capitaine et deux passagers. Des discussions sont en cours entre le capitaine et les deux passagers. 
  • Vers 10h21, le navire est à l’extrémité du chenal des Laz et suit une route fond au 308° vers le phare des Trois Pierres. L’échelle radar est réglée sur 1,5 milles. 
  • Vers 10h23, la vitesse fond est de 15,7 nœuds, le navire se trouve dans le banc de brume et la navigation ne s’effectue qu’au radar. Les feux de navigation sont allumés mais la corne de brume n’est pas activée. 
  • À 10h25, le capitaine prend la manœuvre. Le maître d’équipage et l’homme de barre quittent la passerelle pour rejoindre leur poste. Compte tenu de la proximité de la zone d’atterrissage la veille n’est pas renforcée et les conversations entre les passagers présents et le capitaine reprennent. 
  • Vers 10h26, nouveau contact radio VHF avec le patron de la vedette DOCTEUR TRICARD pour préciser le nombre de rotations à programmer. 
  • Vers 10h27, le capitaine diffuse un message d’informations aux passagers pour préparer leur arrivée. 
  • Vers 10h28, le navire se trouve à 0,26 mille dans le 330° du phare des Trois Pierres qu’il vient de contourner. Sa vitesse est réduite et il prend un large tour sur la gauche, au-delà de l’alignement d’entrée du chenal d’accès à Molène. La brume est très dense et la visibilité est inférieure à 50 mètres. Les conversations cessent. Un peu avant 10h30, le capitaine et le chef mécanicien s’efforcent d’identifier les espars matérialisant l’entrée du chenal. 
  • À 10h30, le navire s’échoue à la vitesse fond de 12,4 nœuds. Dans les secondes qui suivent, le capitaine demande au chef mécanicien de faire un point de situation. Simultanément, il manœuvre pour tenter de se dégager. 
  • Vers 10h33, le chef mécanicien signale, au capitaine, une voie d’eau dans le compartiment machine. 
  • Vers 10h35, devant l’impossibilité de se déséchouer par ses propres moyens, le capitaine abandonne les manœuvres entreprises. 
  • Vers 10h37, le dispositif d’asséchement est mis en œuvre et le capitaine informe l’armateur. 
  • Vers 10h38, confirmation que le système d’asséchement permet d’étaler la voie d’eau. Un passager inquiet de la situation prend contact par téléphone avec le CROSS Corsen. 
  • Vers 10h41, le capitaine diffuse un message aux passagers « pour se préparer au débarquement sur l’île de Molène suite à un problème de navigation ». 
  • Vers 10h42, le CROSS prend contact avec le navire afin d’établir une situation précise et à l’issue déclenche les demandes de concours des vedettes de la SNSM. Le capitaine souhaite qu’un plongeur intervienne pour une investigation de la coque. 
  • Vers 10h50, début de transbordement des passagers sur la vedette DOCTEUR TRICARD. 
  • À 11h06, étale de basse mer au port de Molène. 
  • Vers 11h50, début d’investigation de la coque par un plongeur venu de l’île d’Ouessant. 
  • Vers 12h30, la totalité des passagers a été débarquée. 
  • Vers 12h59, assisté par les vedettes SNSM, le capitaine engage les manœuvres pour tenter à nouveau de déséchouer son navire. 
  • Vers 13h10, le navire est déséchoué. 
  • Vers 13h15, le navire fait route vers le port de Molène par ses propres moyens. 
  • À 13h30, le navire est à quai au port de Molène. 
  • Vers 13h35, reprise des investigations par le plongeur qui confirme les avaries. 
  • Vers 14h00, arrivée sur l’île du représentant de la compagnie maritime, du centre de sécurité des navires et des plongeurs de la société SOS Plongée basée à Concarneau. 
  • Vers 15h30, la brèche est colmatée par les plongeurs. 
  • À 16h40, appareillage du navire à destination du port du Conquet avant de se rendre au chantier de réparation à Concarneau. 
  • À 22h35, arrivée à Concarneau

 

Conclusion de l'enquête

 

La mauvaise visibilité par temps de brume et un manque de vigilance à la passerelle, notamment du fait de la présence de passagers à la passerelle, sont à l’origine de l’échouement. La difficulté apparente à identifier les espars d’entrée du chenal, associée à une vitesse trop élevée ont également contribué à l’accident. 

 

=> autres articles sur le Fromveur II
=> toute l'actualité maritime sur ActuNautique


Fiche technique du Fromveur II

 

Construit en 2011 au chantier Piriou de Concarneau, le FROMVEUR II immatriculé au port de Brest (département du Finistère) sous le numéro 930146 est un navire à passagers de classe B autorisé à naviguer en 3ème catégorie. Son permis de navigation a été renouvelé le 28 novembre 2012 jusqu’au 28 novembre 2013. 

 

Le FROMVEUR II est propriété du conseil général du Finistère. Ce dernier confie à la société KEOLIS MARITIME BREST (anciennement Compagnie Maritime PENN AR BED) la gestion et l'exploitation du service maritime reliant au continent les îles d’Ouessant, Molène et Sein, dans le cadre d’un contrat de délégation de service public d’une durée de sept années.  Le navire est classé au Bureau Veritas. 

 

  • matériau coque : acier ; 
  • longueur hors tout : 43,60 m ; 
  • largeur : 9,9 m ; 
  • jauge : 774 UMS ; 
  • propulsion et auxiliaires : 2 moteurs diesel de 1650 kW ; 
  • puissance propulsive : 3300 kW ; 
  • puissance administrative : 3830 kW ; 
  • matériels de navigation : 2 radars bande x de marque Furuno (FAR 2117), plusieurs GPS, un sondeur F 300W ainsi qu’un ECDIS (TRANSAS) ; 
  • matériel de radiocommunication conforme à une navigation en zone A1 (SMDSM) ; 
  • drôme de sauvetage correspondant à une capacité de transport de 373 personnes dont 365 passagers. 

 

 photos - BEAmer

 

Partager cet article

Commenter cet article