ActuNautique.com

Essai - 3900 milles à bord d'un Lagoon 560

clemence rebours - vignette actunautique-copie-1Après 1 mois, jour pour jour, passé sur le beau Capricho, 3 900 milles nautiques parcourus entre Les Canaries et la côte caribéenne de la Colombie, dans un peu toutes les conditions météorologiques... il est désormais temps de tirer le portrait du Lagoon 560.

      test-Lagoon-560-1.JPG

Amoureux des grands espaces, régalez-vous !

Habituée à des bateaux de régate de 8/9 m, le Lagoon 560... n'a juste rien à voir ! Ce catamaran de 56 pieds, soit 17 m, impressionne tout d'abord par la sensation d'espace qu'il offre. Entrez dans ses carrés extérieur et intérieur, c'est plus grand que la plupart des salons des jeunes parisiens ! Le carré intérieur, surtout, avec ses vitres à quasi 360 degrés et sa cuisine ouverte sur un îlot central, contribue largement à lutter contre le mal de mer...

test Lagoon 560 9

test Lagoon 560 10

test-Lagoon-560-11.JPG

De façon générale, sa configuration permet à chacun de pouvoir s'isoler quand il le souhaite grâce à cinq espaces bien distincts : à l'avant, sur le trampoline, les coques ou le petit salon ; en hauteur sur le Fly Bridge - au poste de pilotage ou juste derrière, sur les banquettes (meilleur spot pour observer la lune et les étoiles, meilleur endroit, aussi, pour chasser le mal de mer...). Puis les deux carrés, intérieur et extérieur ; et enfin les cabines. A cinq, chacun ayant sa propre cabine, nous ne sommes ABSOLUMENT pas marché sur les pieds, loin, très loin de là. 

test-Lagoon-560-6.JPG

Le roi du confort...

Après l'espace, c'est son confort qui marque l'esprit : la qualité des équipements de base et en option fait que l'on s'y sent comme à la maison, en mieux car sur l'eau. Four, congélateurs, réfrigérateurs, fabrique de glace, cave à vin, micro-onde, multiples rangements pour stocker toutes les épices et aliments : on peut réellement cuisiner comme chez soi ! (évitez quand même les séances cuisine en cas de roulis...).

Une salle à manger d'été et une d'hiver, pour varier les plaisirs, on peut même grignoter un apéritif sur les banquettes du fly bridge. Des banquettes avec coussins assortis en veux-tu en voilà dans tous les coins, à l'intérieur comme à l'extérieur, pour bouquiner, discuter, rêvasser, prendre le soleil... Les lits sont ultra-confortables et tant mieux car les vagues cognent parfois fort contre la coque. Air conditionné (très important en Colombie), système audio permettant de diffuser sa musique dans toutes les pièces ou dans des endroits précis avec une excellente qualité, téléviseur qui se dissimule dans l'îlot central... Disons-le, nous sommes sur un bateau de luxe !

test-Lagoon-560-7.JPG 

Des cabines qui n'ont rien à envier aux hôtels design

Dans la version sur laquelle nous avons traversé l'Atlantique, le Lagon 560 propose cinq cabines (deux doubles à tribord, dont la cabine propriétaire, et deux doubles ainsi qu'une plus petite à lits superposés à babord). A l'avant, accessibles depuis le pont, deux autres mini-cabines que nous n'avons pas utilisées.

test Lagoon 560 3

On accède à la cabine arrière babord depuis le carré extérieur, ce que j'ai trouvé extrêmement agréable pour qui aime se sentir vivre dehors. Un peu plus ennuyeux lors de fortes pluies et de gros temps : lorsque les paquets de mer envahissent le pont, il faut ouvrir et refermer très rapidement la porte coulissante. De même, le système de joint devra être renforcé car il n'était pas rare, à réception des paquets de mer, de voir l'eau ruisseler le long de la paroi intérieure.

Ceci dit, la mise en place de la cape de protection du carré extérieur évite tous ces ennuis : le Feliz, autre Lagoon 560 ayant participé au Rallye de l'ARC, a traversé ainsi. Moi, je préfère l'air, et je prends la pluie avec... (facile à dire sous ces latitudes clémentes !).

test-Lagoon-560-2.JPG

Dans les cabines, des rangements partout pour que rien ne se balade, un grand lit moëlleux, deux lampes de chevet, un auto-radio pour écouter la musique centrale ou ses propres morceaux, des hublots bien placés, un joli bois, une literie superbe, un cabinet de toilette attenant digne d'une chambre d'hôtel ! Tout est bois et teck. La douche, avec paroi vitrée et petit banc en bois pour les jours où ça tangue, est spacieuse. Pour s'habiller, on repassera tout de même dans la chambre !

De l'espace, un grand confort, des équipements de qualité et de beaux matériaux, donc... dont il faudra prendre grand soin et qu'il faudra entretenir très régulièrement !

test-Lagoon-560-8.JPG

Côté navigation

Nous étions équipés d'un genois, d'une trinquette, d'un genaker et d'un spi. Nous avons utilisé les 4 voiles, dans cet ordre de fréquence, en prenant régulièrement des ris dans le genois et la trinquette. En vent arrière, nous avons souvent navigué avec les voiles en ciseaux (couples genois-trinquette et genois-genaker), sans grand voile (qui ne permet pas de maintenir un tel angle de vent et aurait masqué l'une des voiles), en étant tres vigilants quant à la force du vent et ses changements de direction.

test-Lagoon-560-12.JPG

Pour plus de tranquilité, nous sommes parfois passés en "mode vent", afin que le pilote modifie lui-même le cap et maintienne  l'angle du vent adéquat, nous évitant un empanage intempestif et dangereux pour le matériel. Nous avons également enclenché de temps en temps une alarme, pour nous indiquer un éventuel forcissement du vent réel. Le seul problème fut celui du premier ris de la grand voile : l'attache de la baume a régulièrement lâché, nous obligeant à prendre un ris de plus ou d'enrouler la grand voile le temps de réparer.

test-Lagoon-560-13.JPG

Ce qui a mené à la conclusion suivante : "el mayor problema.. fue la mayor !". La banquette du poste de pilotage, sur le fly bridge, est très agréable : avec un petit coussin en plus, les quarts de nuit furent un plaisir ! Les manœuvres se font simplement, les deux winch électriques postés de part et d'autre de la barre à roue y sont pour beaucoup... Le seul ajout fut celui des retenues, car nous avons passé beaucoup de temps en vent arrière, pour maintenir les voiles ouvertes et les empêcher de trop claquer.

Des sensations différentes selon l'endroit auquel on se poste

Pendant les coups de vent et dans les vagues, on entend un vacarme assourdissant mais le bateau reste plutôt stable et il suffit de monter sur le fly bridge pour que les mouvements des vagues soient atténués. 

D'ailleurs les sensations s'inversent : dans le carré, on a l'impression, peut être due aux bruits, peut être parce qu'on est au niveau de la mer, que le vent est plus fort, que les vagues tapent plus, que l'on prend davantage d'accélérations. Sur le fly bridge, (presque) plus un bruit, que celui du vent et des voiles, on a l'impression que le bateau glisse avec plus de facilité. 

Lorsque l'on se trouve à l'avant, on sent et on voit le bateau se soulever, on se retrouve alors quelques secondes au-dessus du vide avant de retomber brutalement dans le creux de la vague, on le sent aussi prendre ses surfs : adrenaline ! Tandis qu'à l'arrière, on voit les vagues déferler, avec l'impression, lorsqu'elles sont hautes, qu'elles vont envahir le pont... Autre type d'adrénaline !

C'est dans les cabines que le bruit est le plus fort. Nichées dans les coques, elles recueillent le bruit des vagues, de la structure du bateau... En général, pendant la navigation, on n'y entre que pour dormir car il existe suffisamment d'autres espaces plus ouverts et plus aérés pour se reposer, lire, écrire...

Nous ne sommes pas sur un bateau de voile sportive et nous n'avons pas poussé Capricho au bout de ses limites afin de préserver le matériel, mais notre vitesse moyenne a été de 8/9 nœuds pour une moyenne de 15-20 nœuds de vent, avec des pointes à 18 nœuds lors de certains surfs.

Pour un tel niveau de confort, on peut dire que le Lagoon 560 offre de bonnes sensations !

 

 

C. Rebours

"A Rumbo Libre en Amérique du Sud"

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DU LAGOON 560

 

  • Longueur hors tout : 17,07 m
  • Largeur hors tout : 9,44 m
  • Tirant d'eau : 1,50 m
  • Déplacement lège (CE) : 30,3 t
  • Surface de voilure au près : 207 m2
  • Eau douce : 960 l
  • Gasoil : 1 300 l
  • Architectes : VPLP - Van Peteghem Lauriot Prévost
  • Design intérieur : Nauta Design
  • Homologation CE : A (14 pers)

 

plan-lagoon-560.JPG

 

=> Accéder à tous les articles d'ActuNautique sur Lagoon

Partager cet article

Commenter cet article