ActuNautique.com

Conseils d'expert - les stabilisateurs sont-ils indispensables sur un trawler ?

"Les trawlers sont des bateaux de voyage formidables mais leur gros problème est qu'ils roulent terriblement".

 

Cet adage, qui ne l'a pas entendu sur les pontons, en s'extasiant devant un Grand Banks ou en admirant un Nelson ou un Norhavn. Cette réputation qui leur colle à la peau, les Trawlers ne la méritent désormais plus et l'adage de la marine marchande "bon rouleur, bon marcheur" ne s'applique plus à eux.

 

Mais pourquoi une telle réputation ? 

 

Initialement basés sur des carènes à déplacement, les trawlers (chalutier en anglais) ont toujours mis en avant le confort et le grand voyage, au détriment des performances, privilégiant l'espace à bord, les flybridges voluptueux et une vitesse de croisière s'établissant autour des 10 noeuds. Lents, lourds, rouleurs...

 

trawler-dans-un-port.JPG 

 

Dans ce cas, les stabilisateurs, un équipement jusqu'à il n'y a pas si longtemps réservé aux yachts, étaient bienvenus sur les trawlers de bonne dimension. Pour les plus petites unités, l'offre était inexistante et la solution, longtemps retenue, consistait dans un traditionnel tape cul...

 

Le marché des trawlers ayant connu un fort développement, les choses ont changé. 

 

Sous l'impulsion notamment de constructeurs français tels Bénéteau, avec ses très réussis Swift Trawler et Rhéa Marine mais aussi du précursuer du marché, l'américano-singapourien Grand Banks.

 

Des carènes modernes, semi-planantes, a bouchain prononcé, relativement larges ont pris le pas sur les carènes classiques, les trawlers disposant désormais souvent d'une ou plusieurs quilles pour se stabiliser.

 

En occasion, il est donc préférable d'opter pour un bateau équipé de stabilisateurs, mais il faut savoir que si les trawlers modernes roulent beaucoup moins aujourd'hui qu'hier, un monocoque roulera toujours un peu... 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article