ActuNautique.com

Florence Arthaud, récit de la miraculée de Méditerranée

La nuit de samedi à dimanche restera sans doute comme l'une des pires nuits vécues par la navigatrice française  Florence Arthaud.

 

Alors qu'elle navigue seule sur son voilier de 10 mètres, « Argade II », à une quinzaine de kilomètres du cap corse, elle sort vers 23h00 sur le balcon arrière pour satisfaire un besoin naturel, sans s'attacher.

 

Bien que la mer soit plutôt calme, le voilier est à ce moment heurté par une grosse vague qui destabilise le bateau et fait basculer la navigatrice à l'eau.

 

Seule, en pleine nuit, la "fiancée de l'Atlantique" voit alors son voilier, sur pilote automatique, s'éloigner d'elle irrémédiablement, sans aucun moyen de le rejoindre.

 

Son salut, Florence, qui n'a pas de veste de flottabilité, le doit au téléphone étanche qu'elle a acheté avant le départ.

 

La navigatrice le récupère dans sa poche, doit composer son code pin avant, o miracle de le voir s'éclairer dans l'eau. Son premier réflexe est d'appeler sa mère qui appelle immédiatement une amie qui prévient les secours à Toulon.

 

A 00h30, le Cross décide l'envoi immédiat de la vedette de Macinaggio (Haute-Corse), mais à 1h55, au vu des dangers qui guettent la navigatrice, seule, dans une mer de 18°, l'envoi d'un hélicoptère est décidé avec deux plonguers à son bord.

 

Par géolocalisation de son téléphone et grâce au rayon de sa lampe frontale, la navigatrice est finalement localisée puis hélitreuillée. avant d'être conduite à l'hôpital de Bastia où elle ne restera que quelques heures, avant d'aller récupérer son voilier, localisée dans la matinée de dimanche, par le Falcon 50 de la Marine Nationale.

 

...et son petit passager, un chaton qui pendant de longues heures a dû se sentir bien seul, en pleine mer. 

 

Lagade-II-.jpg

 

Photo : Marine Nationale

Partager cet article

Commenter cet article