ActuNautique.com

Halte forcée en Espagne, pour la Mini Transat

Louis-segre-et-bertrand-delesme-mini-transat.JPG

 

Devant les conditions météo à venir au niveau du Cap Finisterre, la direction de course a décidé de neutraliser la course quelques jours, en Espagne, à Sada.

 

La direction de course de la Mini Transat vient de décider de mettre en application le plan B qui avait été évoqué avant le départ lors du dernier briefing coureur. La flotte fera donc escale au port de Sada, à proximité de La Corogne, le temps d’attendre que les vents forts de sud-ouest qui vont balayer le cap Finisterre, les 1er et 2 novembre, mollissent et passent au nord-ouest. La flotte est attendue sur zone dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre.

 

C’est tout le charme et la complexité de l’organisation d’une course comme la Mini Transat.

 

Entre les bouffeurs d’écoute et ceux pour qui cette course représente l’aventure de leur vie, il existe une vraie différence sur la manière de faire marcher son bateau. Quand les premiers sont en recherche constante de performance, d’autres n’ont pas d’autres objectifs que de mener leur barque à leur rythme. Du même coup, la traversée du golfe de Gascogne demande, pour faire passer la totalité de la flotte , une fenêtre météo de près de quatre jours.

 

 Cette fenêtre semblait s’être enfin ouverte hier matin, mais les conditions se sont à nouveau dégradées sur le cap Finisterre, d’où la décision de la direction de course qui ne veut pas faire prendre de risque à la queue de flotte.

 

La direction de course a choisi d’anticiper la décision de manière à prévenir les coureurs avant que des options stratégiques marquées n’apparaissent au sein de la flotte, ceci pour garantir l’équité sportive. Une ligne d’arrivée sera mise en place à Sada. Le classement de la première étape sera le cumul des temps Douarnenez – Sada et Sada – Lanzarote. Les coureurs ont été prévenus par VHF par l’intermédiaire des bateaux accompagnateurs ainsi que par BLU lors de la vacation météo. Une confirmation de réception a été demandée à chaque concurrent.

 

photo - François Van Malleghem

 

Partager cet article

Commenter cet article