ActuNautique.com

Interview - la prévention promue lors du Record SNSM (44)

record-SNSM.JPG

Le record SNSM est une grand fête populaire. C'est l'occasion également de faire passer des messages sur la prévention en mer...

Alors que le Record SNSM bât son plein, les Sauveteurs en Mer animent différents ateliers à Saint Nazaire, qui ont bien entendu trait à la prévention en mer. Ces ateliers, animés par des bénévoles de l'association, sont notamment encadrés par Ernest Cornacchia et Pierre Brugnon, responsables prévention à la SNSM. Ernest Cornacchia répond aux questions de Nicolas Venance.

ActuNautique - Ernest Cornacchia, à l'occasion de ce Record 2013, la SNSM anime différents ateliers, le premier ayant trait au gilet de sauvetage. Pourquoi ?

Ernest Cornacchia - Nous animons en effet un atelier sur le gilet de sauvetage et un autre sur la VHF. L'atelier gilet de sauvetage a pour objectif de démystifier ce gilet et d'inciter les plaisanciers à le porter, dès qu'ils montent à bord d'une embarcation. Cet atelier dure environ 1h00. L'atelier permet de comprendre ce que c'est qu'un gilet gonflable, on le démonte, on pèse les bouteilles de CO2, on explique son entretien. On se rend compte qu'il n'est pas encombrant à porter, pas génant non plus. Pour nous SNSM, il est indispensable de porter le gilet, dès que l'on monte à bord d'un navire. Toujours ! Moment très attendu de cet atelier, nous allons percuter des gilets, pour montrer leur gonflement.

ActuNautique - Votre second atelier concerne lui la VHF...

EC -  Parce que le second élément de la sécurité à bord, c'est la VHF. Il faut savoir l'utiliser, il faut savoir signaler un événement à bord ou à proximité. La VHF permet de joindre les plaisanciers alentours et les sauveteurs, mais elle nécessite de connaître le formatage des messages, afin d'être efficace et compris. Il faut savoir utiliser les messages de sécurité, les Mayday par exemple, les messages de danger, d'urgence ou de détresse. Quel type de message utiliser, pour quel format. Cet atelier constitue une bonne révision pour les plaisanciers !

Au niveau du record, vous présentez aussi des feux à main, et un radeau de sauvetage...

EC - Effectivement, il est prévu de percuter des feux à mains, pour montrer aux plaisanciers les erreurs à ne pas commettre. Nous allons aussi percuter un radeau de de sauvetage, une survie... Les plaisanciers pourront voir comment cela fonctionne vraiment, ce qu'il y a à l'intéreur. Voir ce qu'ils verraient dans une situation généralement difficile, qu'on ne leur souhaite pas.

Combien de bénévoles de la SNSM seront mobilisés pour ce Record 2013 ?

EC - Environ une centaine de bénévoles, sachant que nous aurons l'appui du Centre de formation de Saint Nazaire. Il faut profiter de l'occasion de cette interview pour rappeler que la SNSM est une association, qui vit des dons ! Nous ne sommes pas un service de l'Etat ! Nous avons donc besoin des dons de tout un chacun. Enfin, je souhaiterais conclure sur la course du Record. C'est grâce à la participation de tous les skippers que notre Record a pris cette ampleur, pour relayer le message des sauveteurs en mer. Le Record SNSM, c'est bien la course de la prévention, et sans tous nos bénévoles et les navigateurs, notre message serait bien moins relayé !

=> toute l'actualité de la SNSM est sur ActuNautique.com

Partager cet article

Commenter cet article