ActuNautique.com

Interview - les grands chantiers des Affaires Maritimes en 2014

herve-goasguen-affaires-maritimes.JPG

 

Interview exclusive d'Hervé Goasguen, chef de la mission de la navigation de plaisance et des loisirs nautiques aux Affaires Maritimes.

ActuNautique - Hervé Goasguen, le simple fait de prononcer le mot Affaires Maritimes fait se dresser les cheveux sur la tête de la majorité des plaisanciers ! Mais quelle est donc la mission des Aff'Mat ??

Hervé Goasguen - Les Affaires Maritimes dépendent du Ministère de l'Environnement. Leur rôle est de mettre en place une réglementation la plus simple et la plus efficace possible, pour faire face aux événements pouvant arriver en mer. Tout simplement ! Les Affaires Maritimes, c'est aussi les Cross, qui coordonnent les moyens de secours en cas de problème...

Les Affaires Maritime ont également un rôle dans les permis plaisance, non ?

HG - Effectivement puisqu'en parallèle aux deux missions que je viens d'aborder, les Affaires Maritimes mettent en place le système de formation pour les permis de plaisance, pour les gens navigant sur des bateaux à moteur.

En 2014, quels sont les grands chantiers sur lesquels vous travaillez aux Affaires Maritimes ?

HG - Le principal chantier sur lequel nous travaillons en ce moment a trait à la simplification de la réglementation pour le grand public. En l'occurrence, pour ceux qui connaissent un peu, la division 240 qui s'applique aux plaisanciers, pose un certain nombre de problèmes d'interprétation ou de mauvaise lecture, car elle est actuellement rédigée de façon un peu complexe, et mélange le bateau de monsieur tout le monde avec des bateaux plus exceptionnels comme des constructions amateurs. Notre objectif est de rédiger une division beaucoup plus courte, qui s'intéressera à la pratique de la plaisance et aux matériels qui doivent être embarqués !

Il est vrai que calculer le nombre de personnes que l'on peut embarquer sur son bateau est kafkaien ! Français dirons-nous...

HG - Il est clair que l'article du registre 240 abordant cette question n'est pas simple à appréhender et je défie quelqu'un qui n'a pas fait quelques années de mathématiques, de trouver le bon résultat !! Actuellement, la rédaction de cet article dit que l'on peut embarquer le nombre de personnes prévu sur la plaque constructeur, mais quand on embarque des enfants de moins de 37.5kg, ils peuvent compter pour la moitié d'un passager, à condition qu'il n'y ait pas plus de deux enfants par personne adulte. Pour un Zodiac admis pour 6 adultes, on a compté longtemps pour savoir combien on pouvait embarquer d'enfants, si l'on avait 3 adultes à bord. Le résultat c'est 9 personnes !! Voilà un exemple concret de simplification des textes sur lesquels on travaille actuellement !!

En 2014, vous mettez aussi une grande emphase sur l'efficience en matière de sauvetage des personnes

HG - En terme de sauvetage, le moyen le plus efficient est la radio VHF. Le seul point commun entre le téléphone mobile et la radio VHF, c'est que dans les deux cas, le plaisancier aura le Cross immédiatement, s'il appelle de son mobile le futur numéro de téléphone unique et prioritaire 196, ou s'il appelle le numéro à 10 chiffres du Cross, mémorisé avant son départ en mer ! La grosse différence toutefois entre le téléphone et la radio VHF, c'est que la VHF permet d'atteindre immédiatement l'ensemble des navires présents sur zone. En cas de panne moteur, de bout engagé dans l'hélice, il n'est pas forcément nécessaire de déployer une énorme opération d'assistance et l'entr'aide entre plaisanciers peut suffire. La VHF met en oeuvre immédiatement la solidarité des gens de mer. L'autre aspect important distingant une VHF d'un mobile et que s'il vous arrive un ennui un peu plus grave, la VHF vous permettra de communiquer avec la vedette SNSM ou l'hélicoptère présents sur zone, pas le mobile... Un hélicoptère sur zone, c'est parfois très peu de temps de disponibilité, ce qui nécessite donc d'être très efficace à son arrivée. Dans ce contexte, on réfléchit actuellement à la meilleure façon de faire passer dans la réglementation, en incitatif, l'usage de la VHF par les plaisanciers. Entre des moyens pyrotechniques et la VHF, la VHF est de loin le moyen le plus pertinent. On travaille aussi sur d'autres simplifications, comme la notion d'abri, qui n'est pas toujours clairement comprise.

En bref, vous simplifiez pour éviter les problèmes d'interprétation !

HG - On souhaite une réglementation la plus simple possible, la plus applicable possible, qui fasse en sorte de ne pas engendrer de débat, au moment ou on est contrôlé, soit par les Affaires Maritimes, soit par les Gendarmes.

Autre dossier chaud actuellement traité par les Affaires Maritimes, celui des permis Capitaine 200 pour les Clubs Nautiques pratiquant des ballades en mer... Rappelons qu'actuellement, il est demandé aux clubs que les personnes transportant des passagers soient titulaires de ce permis, ce que est financièrement inaccessible à la plupart d'entre eux !! 

HG - Effectivement, l'un de nos chantiers est d'envoyer un signe fort à nos services, de façon à ce que les activités nautiques puissent se pratiquer dans un contexte de sécurité satisfaisant. On est arrivé à une instruction qui devrait partir à nos services dans les semaines à venir, de façon a ce que les choses qui paraissent du bon sens puissent continuer à se pratiquer, et que les choses ou il y a eu visiblement des abis et des dérives cessent !

Qu'entendez-vous par là ? Qu'un club de voile qui transporte des gamins en zodiac pour leur faire faire le tour du phare, ce sera possible, mais que le club de voile qui remplit ses caisses avec des ballades en mer, ce ne sera plus possible ?

HG - C'est à peu près cela, puisque le texte, sans le dévoiler, dira qu'un transport accessoire à une activité d'enseignement sera possible avec un chef de bord doté d'un brevet Jeunesse et Sports, tandis qu'un club ou une association qui a pour volonté tout à fait louable de diversifier son activité vers de l'embarquement de passagers, devra disposer du brevet marine marchande qui est le brevet le plus adpté. Il faut souligner toutefois qu'il y a eu un gros travail de réalisé pour créer un brevet qui corresponde à une activité qui s'est développée pas mal ces dernières années, relative à l'embarquement de passagers sur ces voiliers de moins de 12 mètres de long, de moins de 12 passagers, sur des distances relativement courtes, moins de 6 milles d'un abri. Ce nouveau brevet est celui de Capitaine 200 restreint à la voile. Il permettra à des titualires de brevets professionnels  Jeunesse et Sports voile croiseur, de bénéficier avec une formation très courte d'une semaine, de ce brevet marine marchande capitaine ! Ce brevet intéressera les clubs de voile qui considèrent que pratiquer des ballades en mer sur des voiliers de moins de 12m peut permettre de développer à terme, la pratique de la voile. 160 endroits en France sont concernés par cette activité en forte croissance. 

En bref, vous ouvrez des passerelles entre des brevets marine marchande et des brevets Jeunesse et Sport !

HG - Notre objectif est effectivement d'ouvrr des passerelles, de casser deux tuyaux parallèles pour faire en sorte que quelqu'un ne soit pas enfermé soit dans une filière Jeunesse et Sports, soit dans une filière transport de passagers, pour faciliter les passages de l'un à l'autre. Enfin, il faut soligner le travail effectué sur le brevet Capitaine 200 de plein exercice, ou, en juiller dernier, des arrêtés ont été pris permettant de reconnaitre certaines formations Capitaine 200 pour les faire reconnaître Jeunesse et Sports, et de reconnaître certaines formations Jeunesse et Sports pour accéder, en équivalence, à certaines UV du brevet Capitaine 200. 

Un agenda bien chargé donc aux Affaires Maritimes !

HG - D'autant plus que l'on finalise le dossier relatif au numéro de téléphone unique destiné à alerter les Cross, le futur 196. On va ainsi passer d'un numéro abrégé 1616, à un vrai numéro d'appel d'urgence, le 196, qui permettra un bon aiguillage immédiat de l'appel, ou un bon réaiguillage. Le 196 sera prioritairement destiné à des témoins d'un incident qui seront sur le littoral ou à quelqu'un en navigation très côtière et malheureusement pas doté d'une VHF. Lors des contre-appels, le témoin sera directement en contact avec la bonne personne, ce qui n'est pas le cas actuellement. 

 

=> autres articles sur les Affaires Maritimes
=> toute l'actualité de la réglementation en mer

Partager cet article

Commenter cet article

Topsail 04/05/2014 19:15

Ceci ne vaut meme pas un commentaire tant tout cela est affligeant...

Prévostat Dany 14/04/2014 19:14

Bonjour,
Vous avez donnez la parole à Monsieur Goasguen, c'est très bien, mais que dit t'il du dossier déposé il y 18 mois par l'association France aéroglisseurs auprès du Ministre des Transport, puis
transféré à la Direction des Affaires maritimes et concernant la mise en place d'une réglementation adaptée à l'utilisation des petits aéroglisseurs ? Il faut savoir que les Anglais viennent de le
faire et ont depuis quelques jour une réglementation adaptée qui permet de CREER des emplois ! CQFD

ACTION
Merci

D. Prévostat Président Association France Aéroglisseurs