ActuNautique.com

Jean-Louis Clémendot, un tour du monde pour l'espoir

Jean-Louis-Clemendot.JPG

Se libérer des contraintes médicales quand on est dialysé, c’est l’exploit accompli par Jean-Louis Clémendot, qui est en train d’achever un tour du monde en solitaire à la voile un peu particulier. 

 

En août dernier, Jean-Louis Clémendot arrivait à Concarneau après trois ans passés en mer autour du monde, seulement interrompus en 2011 pour les six mois qu’a nécessité sa greffe de rein.

Il fallait y penser, y croire, et s’imposer une grande rigueur pour les trois dialyses péritonéales quotidiennes, qui ont nécessité une formation ad hoc, notamment en biologie, et quelques contraintes tout de même (pas question de partir n’importe comment en escale dans les pays d’accueil). 

Lorsque son état de santé lui a imposé de se faire dialyser, Jean-Louis Clémendot a recherché des solutions pour pouvoir faire une traversée de l’Atlantique. Contre l’avis de certains professionnels, il a alors opté pour une dialyse péritonéale à faire trois fois 45 minutes par jour en restant libre de ses mouvements : le bémol de cette méthode étant le risque d’infection, il a acquis les rudiments lui permettant de parer à ce problème (analyses et antibiotiques). Tout s’est finalement bien déroulé jusqu’à sa greffe de rein en 2011, après laquelle il est reparti pour ce qui était devenu un tour du monde.

Jean-Louis Clémendot boucle la boucle et arrivera sur son voilier de 14 mètres,  le ketch l’Harmattan, à Marseille le samedi 20 octobre 2012.

=> autres articles sur Jean-Louis Clémendot

 

Photo - JLC

Partager cet article

Commenter cet article