ActuNautique.com

L'avenir des classes de mer remis en question par une réglementation... de 2006

affaires-maritimes-copie-1.JPG

La France souffre t-elle des normes et réglementations de toutes sortes, dont elle est une championne en Europe, et qui en fait le pays de la politique du parapluie ?

 

Dernier exemple en date : une réglementation de 2006, dont l'application semble se faire au cas par cas, département par département (une autre spécificité nationale...) selon les bon vouloir des Affaires Maritimes locales, et qui contraint les moniteurs de Classe de Mer, a détenir le Brevet de Capitaine 200.

Un permis de navigation professionnel, qui coûte au bas mot 8000 euros, et qui selon cette réglementation, est désormais indispensable pour les sorties sur des navires à moteur, quels que soient le prestataire et la navigation envisagée... En bref, un centre nautique organisant des classes de Mer et qui disposerait de 5 moniteurs, devrait donc leur faire passer ce permis, à ces fins : totalement irréaliste pour la plupart des centres nautiques existant !

Chose incroyable, l'application de cette réglementation se ferait au bon vouloir des affaires maritimes de chaque département, certaines étant plus ou moins scrupuleuses, ou conscientes de l'impossibilité d'appliquer cette réglementation. 

Selon nos informations, des tractations auraient lieu actuellement entre les ministères de la jeunesse et des sports et le ministère de l'écologie, afin de trouver une solution à cette situation complexe. Car tout le problème réside entre les notions d'élève et de passager....

Transporter des passagers nécessite ce fameux permis, ce qui n'est pas le cas pour le transport d'élèves. Les professionnels du transport de passagers voient en effet d'un mauvais oeil la concurrence de centres nautiques, qui, sous le prétexte d'organiser une petite ballade de temps en temps, en feraient un véritable business, induisant une concurrence déloyale insupportable.

La réflexion en cours portrait sur la notion de sortie découvertes, qui seraient ou non un préalable à des cours de navigation. 

Sachant toutefois qu'il existe aujourd'hui des équivalences de diplômes entre la jeunesse et sport et le diplôme de capitaine 200, rendant son coût plus accessible qu'il n'y paraît. Des équivalences certes partielles mais qui selon nos informations seraient amenées à s'élargir...

=> autres articles sur les Affaires Maritimes
=> actualité des clubs nautiques et centres de formation 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article