ActuNautique.com

L'écurie Absolute Dreamer choisit Literieland pour la literie de ses monocoques 6.50

Attentif aux nouvelles matières, Literieland propose régulièrement des produits d'avant-garde.

 

Cette volonté d'innover a séduit l'écurie Absolute Dreamer dont dépendent les navigateurs Guillaume Le Brec et Thomas Normand, engagés dans la 18ème transat 6.50 La Rochelle-Salvador de Bahia, dont le départ a été donné le 25 septembre 2011.

 

Fidèles représentants des valeurs nautiques tels que le respect, le dépassement de soi et l'innovation, ils ont choisi de s'associer à Literieland dont les valeurs font écho aux leurs. L'enseigne est désormais partenaire technique officiel des deux skippers pour qui elle a fait concevoir des matelas spécifiquement adaptés. Après une série de tests concluants en mer, ils ont été placés à bord des deux monocoques.

 

Les matelas de Guillaume Le Brec et Thomas Normand ont été étudiés, testés durant 6 mois et fabriqués suivant un cahier des charges très exigeant afin de répondre aux attentes des navigateurs et s'adapter aux conditions extrêmes de l'océan. Ils ont été développés en collaboration avec la société grenobloise Sonam, fabricant de literie spécialisée.

 

Conçus avec de la bio-céramique, les matelas permettent d'optimiser considérablement le sommeil pendant les transats. Ce matériau, composé de terres rares et de roches volcaniques, dynamise la micro-circulation sanguine. Les muscles sont donc davantage oxygénés et les déchets métaboliques mieux évacués, ce qui permet une récupération rapide.

 

Les matelas comportent également une mousse à mémoire de forme qui permet de diminuer les points de pression lors de la phase de repos et qui accélère le relâchement musculaire, réduisant ainsi considérablement les tensions musculaires.

 

Afin de protéger les matelas contre l'eau salée, Literieland a également collaboré avec la société JM Bâche, de Chabeuil (Drôme) qui a créé des housses hermétiques anti-dérapantes inspirées des bâches de piscine.

 


Partager cet article

Commenter cet article