ActuNautique.com

L'enseigne Casino décide de stopper la vente de poissons de grands fonds

chalutage-profond.JPG

 

C'est une première dans la distribution française, qui devrait logiquement s'étendre à l'ensemble des distributeurs, hors Intermarché s'entend, ITM étant le premier armateur de pêche hexagonal via la Scapêche...

 

Au 1er janvier prochain, les clients des supermarchés Casino ne trouveront plus de Grenadier, de Sabre ou de Brosme, sur l'étal du rayon pêche.

 

L'enseigne stéphanoise a en effet décidé d'arrêter la commercialisation des poissons issus de la pêche de grands fonds, pratique accusée d'épuiser la ressource halieutique.

 

Le parlement européen s'est d'ailleurs emparé du dossier et la question sera abordée lors de la session pleinière des 9 et 10 décembre. Près de 700 000 personnes ont d'ailleurs signé une pétition remise à François Hollande, exortant son équipe gouvernementale à soutenir la position européenne visant à interdire purement et simplement le chalutage profond.

 

La position du gouvernement est d'autant plus attendue que l'impuissance des autorités françaises à empêcher toute pêche au bar, lors des périodes de frayage de cette espèce est manifeste, connue de tous... sans réaction de personne !

 

Le texte soumis au parlement européen aura été largement amendé par les lobbies de la pêche, à la manoeuvre depuis des mois, selon une méthode qui ne lasse pas de décrédibiliser l'institution européenne, sachant que même adopté par les représentants du peuple, ce texte devra être accepté... par le Conseil des Ministres Européens !

 

peche-en-eaux-profondes-en-europe.JPG

 

A ce niveau, la France et l'Espagne font figure de mauvais élèves, redoutant de lourdes conséquences pour l'emploi, notamment en Bretagne pour la France. Les services de Frédéric Cuvillier, ministre de la mer seraient d'ailleurs farouchement opposés à ce texte...

 

En dehors de toute considération économique, voire électorale, à 3 mois des municipales, le chalutage profond est accusé de détruire les habitats sous-marins, de déplacer les sédiments et de manquer totalement de sélectivité, ramassant tout ce qui traîne sur son passage, provocant des dégâts irrémédiables auprès d'un faune fragile, ancienne (certains poissons ont 120 ans !) et qui se reproduit lentement.

 

Solution de facilité à la chute de la ressource halieutique classique, le chalutage profond reviendrait à hypothéquer l'avenir de la faune marine, au profit d'une consommation immédiate, sur une durée relativement rapide.

 

Partager cet article

Commenter cet article

Bert van Baar 04/12/2013 21:41

So: Our so called fresh-fish is not as free as it looks!