ActuNautique.com

L’Etat pourrait investir dans l’armateur CMA-CGM

Ca bouge du côté du premier armateur français, la compagnie marseillaise CMA-CGM (13).

 

Selon des informations divulguées par notre confrère en ligne La Tribune, le FSI pourrait prendre une participation dans le capital de la société qui souffre d’un très lourd endettement et ainsi l’aider à desserrer l’étau bancaire qui l’asphyxie.

 

tour-CMA-CGM.JPG

 

Cette prise de participation est d’autant plus plausible que 3 administrateurs indépendants de la compagnie viennent de quitter son conseil d’administration, en l’occurrence Tristan Vieljeux, Christian Garin et Denis Ranque, au profit de Dominique Bussereau, ex-ministre des transports,  Pierre Mongin, actuel président de la RATP et de Jihad Azour, ancien ministre libanais des finances.

 

Des personnalités dont l’intégration au board de la société ne semble pas dû au hasard et qui lui seront sans doute bien utiles dans sa relation avec le pouvoir politique, dans un contexte où le FSI, le bras armé de l’Etat dans l’industrie, considère que la France a besoin d’un armateur a stature mondiale pour soutenir son commerce extérieur. 

 

Ce qui signifierait à terme, une prise de participation du FSI au capital de l’armateur, une possibilité démentie par la compagnie qui devrait annoncer en Septembre, un résultat net trimestriel de 140 millions d’euros.

 

Une prise de participation qui ne serait toutefois possible qu’après que la société soit parvenue à régler son problème de surendettement, le FSI ayant pour vocation d’aider les sociétés à se développer…

 

Le Groupe  CMA-CGM, représente aujourd'hui 394 navires sur 170 grandes routes maritimes, 10 millions d'evptransportés en 2011, 400 ports d'escales dans 150 pays, 650 agences et bureaux à travers le Monde, dont 64 en Chine (Hong Kong inclus) et 17 200 collaborateurs.

Partager cet article

Commenter cet article