ActuNautique.com

L'hydroptère poursuit ses entraînements dans la Baie de San Francisco

L'hydroptère DCNS, le voilier le plus rapide de la planète, arrivé en Californie au mois de juillet pour tenter de battre le record de la traversée du Pacifique Los Angeles – Honolulu, est arrivé mard 21 août à San Francisco.

 

Privé d’une météo favorable pour une tentative à court terme, l’équipage d’Alain Thébault a donc quitté sa base de Long Beach pour poursuivre ses entraînements sous de meilleurs auspices, dans la baie mythique du Golden Gate Bridge. 

 

hydroptere-DCNS.jpg

 

Convoyé à la voile depuis Long Beach par Jacques Vincent, Luc Alphand, Jeff Mearing, Emilie Monthioux et Warren Fitzgerald, le trimaran volant a rejoint le port de Tubiron où il est accueilli par le « Corinthian Yacht Club ». Le bateau devrait tirer ses premiers bords dans la baie ce jeudi, en marge des AC World Series.

 

Alain Thébault – skipper de l’Hydroptère DCNS a déclaré à cette occasion sur ActuNautique.com : "Toutes les navigations de l’Hydroptère DCNS nous permettent de renforcer la préparation de la tentative de record du Pacifique. Jusqu’à présent nous sommes privés de vent pour décoller vers Hawaï et nous avions besoin de tester le bateau sur un convoyage de quelques jours, c’était le moment idéal pour monter à San Francisco. Ça va aussi nous permettre de saluer ces magnifiques libellules que sont les AC45. Nous avons hâte de les voir évoluer sur l’eau, d’autant plus que nous partageons une même passion pour les ailes. Chez eux elles sont dans l’air et chez nous dans l’eau ! Pour toute l’équipe c’est une grande fierté de pouvoir présenter l’oiseau de carbone dans ce temple de la voile, je pense en particulier aux ingénieurs bénévoles qui me soutiennent depuis plus de 20 ans, à Eric Tabarly aussi, et aux équipes de DCNS qui nous épaulent, rien de tout cela n’aurait été possible sans eux. Il faut s’imaginer que nous allons voler sous le Golden Gate, c’est un peu un rêve d’enfant qui se concrétise. En attendant qu’Eole se réveille sur la route d’Hawaï, nous allons tâcher d’écrire de belles images ici".

 

Jacques Vincent, co-skipper du bateau précise de son côté : "C’était un convoyage important, physique et particulièrement humide. Nous avons quitté Long Beach sous un soleil de plomb, avec quasiment aucun vent. En arrivant en Californie du Nord, ça a été le grand bouleversement, jusqu’à 30 nœuds vent et une mer très agitée, le tout au près, on s’est bien fait secoué ! Pendant ces trois jours nous en avons profité pour absolument tout tester à bord de l’Hydroptère DCNS. Les systèmes de mesure tournaient en permanence, nous allons avoir beaucoup de données scientifiques à exploiter. Dans la baie nous essayerons de faire un peu de vitesse, nous tenterons sans doute de faire un chrono entre le Golden Gate Bridge et le Bay Bridge. Bien sûr, au moindre signe d’une météo favorable vers Honolulu, nous redescendrons nous positionner à Long Beach".

 

 

Partager cet article

Commenter cet article