ActuNautique.com

La Capricieuse en police des pêches au large de la Guyane

controle-des-peches-en-Guyane.JPG

On ne badine pas avec la loi en Guyane !

 

Du vendredi 17 au lundi 20 août, le patrouilleur de la Marine Nationale La Capricieuse, basé en Guyane française, a effectué avec succès une mission de police des pêches dans les eaux guyanaises.

Le but de ces missions est de contrôler les tapouilles, des embarcations de pêche traditionnelles qui opèrent dans les eaux françaises. Très poissonneuses, les côtes de la Guyane attirent en effet les pêcheurs des pays voisins, principalement le Brésil et le Suriname, qui opèrent en toute illégalité dans notre zone économique exclusive.

Après une nuit de patrouille, un groupe de quatre embarcations suspectes est repéré, à plus de quinze nautiques de la frontière brésilienne. L’équipe de visite, composée de six membres de l’équipage, embarque à bord du zodiac et se dirige vers la première cible. L’équipage est surpris en train de remonter ses filets; le capitaine avoue pêcher sans autorisation dans les eaux françaises. La direction de la mer, contactée, ordonne la destruction des filets ainsi que du produit de la pêche, et la reconduite du navire à la frontière brésilienne. L’équipe de visite s’exécute, puis part sur la tapouille suivante, où le même scénario se répète à l’identique… Quatre embarcations brésiliennes sont ainsi contrôlées, toutes en situation illégale.

Sur zone le lendemain, en fin d’après-midi, une embarcation suspecte, s’enfuit vers la côte et ses hauts fonds. Le zodiac la rattrape rapidement et l’équipe de visite monte à bord. Il s’agit d’une tapouille urinamaise, avec à bord près de quatre tonnes de poissons préparés et stockés sous glace… L’ordre de déroutement tombe rapidement; il s’achèvera tard dans la nuit, au port d’Iracoubo, où les gendarmes maritimes prennent alors le relai des marins.

L’embarcation et tout son équipement saisis, le produit de la pêche détruit et le capitaine traduit en justice, l’équipage sera reconduit à la frontière avec le Suriname.

Au cours des trois missions de ce type menées au mois d’août, La Capricieuse aura traité six tapouilles brésiliennes et dérouté deux tapouilles surinamaises. Son autre mission principale en Guyane, outre la police des pêches, est la protection du centre spatial guyanais (CSG) lors des tirs de fusée Ariane.

 

Sources - Marine Nationale

 

Partager cet article

Commenter cet article