ActuNautique.com

Le futur paquebot France en quête de 400 millions d'euros

Le projet du futur paquebot France avance et la phase conceptuelle du navire touche à sa fin. Une nouvelle étape devrait désormais débuter : la recherche des investisseurs.

 

L'armateur français Philippe Spade, initiateur du projet et par ailleurs président de la compagnie Seine Alliance, se donne un an pour réunir la somme nécessaire avant de lancer la construction, aux Chantiers de Saint Nazaire, naturellement, en 2013.

 

nouveau-france-1.JPG

 

A terme, le navire dont le lancement est prévu en 2015, pourrait être coté en bourse, "afin que le public puisse se l'approprier" précise t-il.

 

"Nous avons déjà rencontré quelques fonds d'investissement, mais je veux me donner du temps afin de choisir un ou plusieurs partenaires avec lesquels nous pourront établir un lien solide" ajoute t-il.

 

En juin 2010 déjà, l'armateur avait procédé à une première émission d'obligations afin de financer les études préparatoires au projet. Une phase technique quasiment bouclée et dont la maquette du navire témoigne de l'originalité du concept.

 

Navire haut de gammme à l'instar de son glorieux aîné, le nouveau France tourne le dos à la croisière de masse et à ses immeubles flottants. Long de 255 mètres et large de 30, le navire reprend les cheminées ailées de son prédécesseur qui remplacent de facto la superstructure de pont. Vu de profil, le navire se présente comme une coque à l'étrave pratiquement droite, sur laquelle deux énormes cheminées ailées auraient été greffées, des cheminées factices qui se révèlent être la superstructure aérienne du bâtiment.

 

nouveau-France-2.JPG

 

Conçu pour accueillir 600 passagers, le futur France disposera de deux piscines, d'un spa de 1500m2, de neuf restaurants, d'un casino et d'une salle de spectacle. Les cabines les plus petites feront 30m2...

 

Sa construction pourrait représenter un véritable ballon d'oxygène pour les chantiers STX de Saint Naziare puisque le plan de charge prévoit 3000 ouvriers pendant 30 mois, de mi-2013 à fin 2015.

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article