ActuNautique.com

Le voilier polaire Tara a quitté Lorient pour l'océan Arctique

TARA-OCEANS-POLAR-CIRCLE.jpg

 

Dimanche 19 mai à Lorient, le voilier polaire Tara est parti pour une nouvelle expédition : Tara Oceans Polar Circle.

 

Lors de cette aventure scientifique de 25 000 kms autour de l'océan Arctique, Tara empruntera les passages du Nord-Est et du Nord-Ouest pour revenir à Lorient en décembre 2013. 

 

Tara Oceans Polar Circle réunit biologistes et océanographes et s’intéresse à la biodiversité du plancton en Arctique. Les recherches seront menées en lisière de banquise, là où l’activité planctonique est la plus importante. En prospectant l’Océan Arctique, Tara Oceans Polar Circle parachèvera l’ambition de l’expédition Tara Oceans (2009-2012) : récolter du plancton dans tous les océans du monde.

 

En effet, durant Tara Oceans, seul cet Océan manquait dans l’effort de collecte et d’analyse. En complément, d’autres questions seront étudiées, comme par exemple l’évaluation des taux de mercure présents dans l’atmosphère et dans la mer ou encore la concentration de particules de plastique. Ces mesures inédites permettront de mieux évaluer leur impact sur l’écosystème arctique.

 

Tara naviguera dans un milieu où les conditions naturelles sont difficiles. Bien que la période de dégèle s’allonge chaque année, la fenêtre de passage avant que la glace ne se referme est courte et laisse peu de place à l’imprévu. Au delà du cercle polaire, les températures varient entre -10°C et +5°C en été.

 

Le jour est permanent en Arctique et peu à peu les nuits claires s’installent 12h par jour en septembre. L’Arctique subit les effets des bouleversements climatiques plus intensément que partout ailleurs, comme en témoigne la fonte accélérée de la banquise en été. Milieu unique et fragile, il est de plus en plus convoité, notamment pour ses richesses en gaz, pétrole, minerai et pêcheries ou ses voies maritimes, alors qu’il est un espace clé pour comprendre les changements de la planète.

 

La mission scientifique en bref


  • Comparaison des données biologiques du plancton et de leur contexte physico-chimique en Arctique avec les données récoltées dans les autres océans depuis 2009 lors de l'expédition Tara Oceans.
  • Etude du plastique dérivant, du mercure dissous et atmosphériques présents en Arctique.
  • Etude de la "couleur" de l'océan, de sa composition et des pigments de particule en surface.
  • Etude spécifique des blooms (floraisons) de phytoplancton en lisière de banquise.

Partager cet article

Commenter cet article