Morvan et Lunven en tête dans la 2ème étape de la Solitaire du Figaro

Publié le par ActuNautique.com

Dans cette seconde étape de la Solitaire du Figaro, deux concurrents sont sortis gagnants des péripéties de la nuit dernière.

 

Dans une course de vitesse sous spi qui dure depuis plus de 20 heures, Nicolas Lunven (Generali) et Gildas Morvan (Cercle Vert) ont pris l'ascendant et progressent désormais au coude à coude à 70 milles de l'Occidentale de Sein, prochaine marque de parcours de cette deuxième étape.

 

Le long tout droit à travers le golfe de Gascogne a été un exercice de placement et une épreuve de résistance. D’abord se sortir de la dorsale, puis encaisser une nuit sous spi dans la brise, dans un vent de sud-ouest instable et une mer de travers. Dans ce grand concours de vitesse sur un bord, rares sont les marins qui ont réussi à dormir.

 

Cercle-Vert-Solitaire-du-Figaro.JPG

 

A la vacation de midi, la plupart d’entre eux confiait sortir d’une nuit blanche, mais pas forcément pour les mêmes raisons. Il y a ceux qui ont dû se surpasser pour rattraper un mauvais départ, comme Jean-Pierre Nicol (Bernard Controls), Yann Eliès (Groupe Queguiner/ Journal des Entreprises) ou encore Damien Guillou (La Solidarité Mutualiste). Il y a ceux qui ont connu des galères, comme Thierry Chabagny (Gedimat) qui enrageait d’avoir une fois de plus explosé son grand spi, ou encore le jeune Britannique Henry Bomby (Artemis 37), démoralisé après ses problèmes de pilote automatique qui lui ont fait perdre énormément de terrain cette nuit : le benjamin de la flotte est désormais relégué à 24 milles de la tête de course.

 

Enfin, il y a ceux qui sont restés accrochés à la barre pour maintenir leur avance. C’est le cas de Nicolas Lunven (Generali), qui a cravaché toute la nuit et de Gildas Morvan (Cercle Vert), en tête depuis les premières minutes de course en baie de Gijón. Cet après-midi, les deux hommes naviguent à moins de 200 mètres l’un de l’autre. Autant dire qu’ils ne sont pas près de fermer l’œil !

 

Cette nuit, le suspense sera total, qui pourrait apporter son lot de difficultés : un empannage au niveau de la chaussée de Sein, un virage en tête d'épingle au large de Crozon, puis un tronçon 10 milles au louvoyage dans les courants jusqu'au raz de Sein. Ce changement de régime le long des côtes françaises est une promesse pour les poursuivants.

 

 

 

Commenter cet article