Nature australe, le nouveau film panoramique d’Océanopolis Brest (29)

Publié le par ActuNautique.com

A partir du 9 juin, Océanopolis à Brest lance son nouveau film panoramique « 49° Sud- Nature australe ». Grâce à une toute nouvelle technologie exclusive en France, le parc de découverte des océans vous invite dans son pavillon polaire à un extraordinaire voyage à 160° dans les îles australes.

 

Le nouveau film panoramique du pavillon polaire, « 49° Sud – Nature australe », d'une dizaine de minutes, montre grâce à l'utilisation d'un nouveau procédé « Panax » toute la beauté de  l'éden austral capté en 160° et restitué sur un nouvel écran courbe de 18 m x 3,6 m. Cette nouvelle technologie (format panoramique en HD – « Panax ») donne toute sa dimension aux paysages exceptionnels et grandioses de ces lieux.

 

Les dessins naturalistes du carnettiste Emmanuel Lepage viennent ponctuer le récit de ce voyage aux îles de la Désolation où la vie est, le temps d'un été, exubérante.

 

Le film est porté par la musique de Jean Sébastien Bach « suite pour violoncelle N°1 ». Christophe Rocher complète avec une musique originale une bande sonore extrêmement riche (sons animaliers et ambiances en 5.1).

 

Océanopolis a pour objectif la vulgarisation des sciences et techniques liées à la mer. Sa vocation est de réaliser un trait d'union entre professionnels, scientifiques et grand public, dans le but de diffuser et faciliter l'acquisition des connaissances scientifiques, techniques et culturelles sur le thème des océans. Océanopolis présente les écosystèmes polaires au sein d'un pavillon dédié à cette thématique. Le visiteur commence la découverte de cet espace par un film panoramique. Depuis 2004, un film de 12 minutes, « Antarctica », présentait la base Dumont d'Urville au pôle sud, ses activités et son environnement.

 

oceanopolis.JPG

 

Afin de renouveler cette projection spectaculaire, l'équipe d'Océanopolis souhaitait réaliser un film d'une douzaine de minutes présentant la diversité et la richesse du patrimoine naturel des îles subantarctiques françaises. Au sein de l'océan Austral, les archipels de Crozet et de Kerguelen abritent une biodiversité exceptionnelle. Les communautés d'oiseaux marins présentes sont les plus riches et diversifiées au monde. Les manchots royaux, qui s'y regroupent pour se reproduire, peuvent par exemple former des colonies de plus d'un million d'individus. A l'opposé, l'albatros d'Amsterdam, avec une population inférieure à 200 individus, est considéré par l'Union Internationale de Conservation de la Nature (UICN) comme gravement menacé d'extinction. Les eaux des îles subantarctiques sont particulièrement riches en espèces pélagiques (crustacés, calmars, poissons, etc.) qui elles-mêmes alimentent les oiseaux de mer et les pinnipèdes (éléphants de mer, otaries). De nombreux cétacés y sont également présents (grande baleine bleue, orques).

 

Pour mettre en œuvre ce projet, une collaboration a été mise en place avec les deux organismes présents dans ces contrées lointaines, l'Institut polaire français Paul-Emile Victor (IPEV) et les Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF).

 

« 49° Sud – Nature australe » est le fruit de ce partenariat. Ce film panoramique, sans commentaires, est à destination de tout public. Cette projection grandiose immerge le spectateur dans l'univers des îles subantarctiques. Les images, terrestres, aériennes et sous-marines, entraînent les visiteurs à la découverte de cette nature australe.

 

Le 15 décembre, le « Marion Dufresne » mouille dans une baie des îles Kerguelen (terres australes françaises) à 49°21 S. Pendant l'été austral, des milliers d'animaux marins (oiseaux et mammifères) se regroupent sur ces îles extrêmes pour se reproduire et mettre bas. Le naturaliste observe alors un bouillonnement de vie qui contraste avec l'hostilité de ces îles le reste de l'année. Manchots, albatros, éléphants de mer, otaries, orques… Ce sont des colonies de milliers d'individus qui envahissent les plages et les falaises abruptes de l'archipel.

 

Photo : Pierre A. Vivet

 

 

Commenter cet article