ActuNautique.com

Nauticales de la Ciotat 2013 - l'occasion de rencontrer des bateaux aux grandes histoires

A ne pas manquer lors des Nauticales de la Ciotat, qui auront lieu du 20 au 25 mars, des bateaux d'exception, résents ou plus anciens !

 

N TOUR DU MONDE À L’ENVERS EN SOLITAIRE, SANS ESCALE ET… SANS MOTEUR

 

Stéphane Narvaez est un homme discret, mais qui a réalisé une grande aventure et une grande première : soit réaliser à bord d’un bateau de série de moins de 50 pieds (ndr, moins de 15 mètres) un tour du monde à la voile en solitaire à l’envers contre les vents et les courants et… sans moteur. Il entre dans la cour des grands et ce, dans le sillage de marins comme Chay Blyth, Mike Golding, Philippe Monnet ou encore Jean-Luc Van Den Heede. Mais l’une des grandes différences avec ces marins, c’est l’énergie à bord puisqu’elle ne sera produite seulement que par des panneaux solaires ! Respect… Stéphane est parti le 14 Octobre 2011 de Nice pour une aventure qui a duré 246 jours. Arrivé à Saint-Laurent du Var après avoir parcouru 29 325 miles (54 400 km) autour de la terre dans le sens Est-Ouest, Stéphane et Oikos seront aux Nauticales 2013 pour raconter leur formidable aventure et montrer que l’on peut naviguer autour du globe proprement. Oikos est un voilier de série, un Sharp 47, le moteur ayant été retiré. Cet exploit a été fait dans le cadre des Défis GEC - Global Energy Challenge. Voilà deux ans que Teamdéfis communique et soutient les projets dont l’objet est de relever un ou plusieurs défis qui intègrent largement les critères environnementaux. Les défis doivent être porteurs de valeurs : le tour du monde à la voile doit se faire avec uniquement des énergies renouvelables pour fournir l’électricité du bord.

 

LA TRAVERSÉE DE L’ATLANTIQUE À LA RAME

 

Pierre Mastaski a terminé 11e de la dernière édition de la Bouvet Guyane 2012, soit la traversée de l’Atlantique à la rame, rien que ça ! Cet homme originaire du Rousset (13) a mis 42 jours, 20 heures et 26 secondes pour traverser l’océan de Dakar (Sénégal) à Cayenne (Guyane). Et il suffit de voir son bateau qui sera exposé aux Nauticales 2013, TransatlanTeam Mauvilac n°2, pour se rendre compte de la performance ! 8 mètres de long, 1,60 mètres de large, 1 tonne de déplacement au départ et une paire d’avirons pour seul moyen de propulsion. Pierre sera parmi nous et parmi les visiteurs pour faire partager son aventure extraordinaire : « Cette aventure est aussi la vôtre et je suis fier de l’avoir partagé avec vous. Une page se tourne, mais ce fabuleux livre qu’est la vie reste plus que jamais ouvert ! J’ai réalisé un rêve fou et extraordinaire, je ne peux qu’être heureux, tout simplement ! ». Et Pierre viendra présenter son film aux visiteurs des Nauticales… Un moment à partager tant en émotions qu’en discussions. Dernière anecdote : le bateau sur lequel est parti Pierre n’est autre que celui de Pierre Katz qui avait terminé 11e en 2009 de cette même course. Pierre Katz qui n’est autre que le directeur technique des Nauticales 2013, pour le compte de Grand Pavois Organisation. Heureuses retrouvailles !

 

les-nauticales---bateau-ancien.JPG

 

QUATRE, SINON RIEN !

 

Elles seront quatre à être aux Nauticales 2013. Connues et reconnues localement, il n’empêche qu’il faut placer sous le feu des projecteurs ces quatre barquettes marseillaises qui seront exposées bord à bord.

 

Mais quand on s’intéresse plus attentivement à leurs histoires, quelle magie ! Comme celle de l’Ile Verte qui a été construite en 1965 par le chantier Battifero de Cassis et qui servait de bateau pilote pour le gestionnaire du Port Vieux de La Ciotat pour placer les bateaux de passage vers la place affectée pour leur séjour. Cette barquette a fait l’objet d’une restauration complète par les membres de l’association Carènes en 2004 et 2012. Il faudra voir Li Rénaïre qui est une vraie barquette du chantier Ruoppolo de 1937. Magnifique restauration qui aura duré trois ans et demi après une déconstruction complète ! Ce bateau est classé Bateau d’Intérêt Patrimonial (BIP). Idem pour Le Ciotaden qui est la réplique d’une barquette de plaisance construite par le chantier Battifero de Cassis pour l’association Carènes dans le cadre du concours « Bateaux des côtes de France ». Première évolution sportive d’un bateau traditionnel, cette barquette possède un gréement Houari et un allongement de la quille pour en optimiser la vitesse. Le Saint-Jean est également BIP. Cette barquette « roofée » a été construite par le chantier Trapani de Cassis en 1958. Pourquoi un roof sur cette barquette ? Pour permettre au propriétaire d’utiliser ce bateau pour les loisirs, la promenade et la pêche. Une première pour ces bateaux initialement destinés à la pêche côtière. L’aménagement intérieur permettait de faire du camping sauvage en famille vers les îles d’Hyères, Porquerolles, le Levant… Les début de la croisière côtière ! À voir…

 

FLANER EN TARTANE…

 

La Flâneuse, unique tartane du littoral Marseillais sera présente une nouvelle fois aux Nauticales sous les couleurs de Cap Marseille. Mise à l’eau pendant l’été 1992, la Flâneuse est la réplique parfaite d’une tartane malonnière. Rappelons que les tartanes assuraient le transport de toutes sortes de marchandises et de personnes. Pourquoi malonnières ? Car les tartanes de l'Estaque possédaient un lest permanent qui était composé de terres cuites appelées « malons ». Et, on les utilisait pour embarquer les tuiles vers les cargos qui attendaient à la Joliette. Les tartanes font donc partie intégrante de l’histoire marseillaise. On les retrouve également dans la littérature, témoin dans « Le comte de Monte Cristo » d'Alexandre Dumas, où la tartane Jeune Amélie, recueille Edmond Dantés à sa fuite du château d'If. Construite en 1992 par le chantier Gatto à Martigues sur plans de César Orsini, cette unique réplique de tartane malonnière est aujourd’hui basée à La Ciotat et participe à divers rassemblements entre Bandol et Marseille. Initialement gréée en voile latine, la Flâneuse a adopté le gréement aurique pour des raisons pratiques : en effet, depuis 1999, elle fait naviguer beaucoup d’enfants en école de voile et participe à de nombreuses actions sociales. Rappelons que la Flâneuse, durant Les Nauticales 2013, permettra à de nombreux visiteurs de sortir en mer !

 

PAS SI CLASSIQUE QUE CELA !

 

Les yachts classiques sont légions en Méditerranée. Mais deux unités seront présentées aux Nauticales 2013. Eilidh est née des dessins du grand architecte écossais Alfred Mylne. Merveilleux bateau, chargé d'histoire, construit et lancé en 1931 pour le compte de T.E. Russel, ce dernier désirait un bateau rapide et confortable pour sa nombreuse famille. Belle réalisation qui a été restaurée deux années par Gilbert Pasqui, cet incroyable charpentier de marine de Villefranche-sur-Mer. L’autre unité à admirer sera Sybille, un cotre bermudien né en 1911 sur plan Gaston Louis de La Seyne (83). Construit pour Jean Goulden, artiste émailleur de la Belle Epoque, Sybille va connaître des jours tourmentés et va même sombrer dans le port de La Ciotat. De 2004 à 2008, son propriétaire va entièrement restaurer ce yacht aujourd’hui plus que centenaire, ce qui lui permet de faire de très longues navigations comme La Ciotat-Brest en 2012 ou vers Malte l’été prochain. Une unité de 13,30 mètres, basse sur l’eau et aux lignes d’une pureté incroyable. A voir !

 

 

Partager cet article

Commenter cet article