ActuNautique.com

Opération internationale de destruction de mines au large de la Baie de Somme

Lors de la seconde guerre mondiale plus de 700 000 munitions ont été tirées ou mouillées en Baie de Somme, ce qui correspond à plusieurs centaines d'années de travail pour les plongeurs démineurs.

 

Du 2 au 16 novembre, le groupe permanent de guerre des mines de l’OTAN (SNMCMG1 - Standing NATO Mine Counter Measures Group 1) a réalisé une opération de recherche et de destruction d'engins explosifs historiques, dans cette zone. 

destruction-de-mines-baie-de-somme.JPG

Le groupe, commandé par le capitaine de frégate belge Yvo Jaenen et son état-major embarqué à bord du Godetia (bâtiment de soutien et de commandement de la Marine Royale belge), était composé du :

  • Narcis, chasseur de mines belge
  • Fulda, chasseur de mines allemand
  • Sakala, chasseur de mines estonien

Le chasseur de mines français Eridan s'est également joint au groupe de l'OTAN pour toute la durée de l'opération en baie de Somme.

Lors de cette opération, 14 engins explosifs historiques ont été découverts et traités, soit 8,3 tonnes en équivalent TNT (explosif utilisé comme étalon pour comparer la puissance des engins):

  • 11 mines de type LMB (mine de fond allemande datant de la Seconde Guerre mondiale) ;
  • 2 bombes britanniques de 1 000 et 500 livres ;
  • une mine MK 17 (mine à orin britannique).

Le groupe a ainsi participé à l'effort d’assainissement des fonds marins et de sécurisation des activités maritimes fourni tout au long de l’année par les plongeurs démineurs et chasseurs de mines de la Marine nationale, en mer et sur l'estran.

 

photo - marine nationale

Partager cet article

Commenter cet article