ActuNautique.com

Oracle Team USA rafle l'America's Cup après une incroyable remontée

oracle-1.JPG

 

L'équipe du "Defender" remporte la compétition 9-8, après avoir été mené 1-8 !

 

Il aura donc fallu 19 courses et 44 petites secondes, pour que l'équipe américaine d'Oracle remporte cette 34e Coupe de l'America, devant Emirates Team New Zealand, sur un score final de 9-8.

 

Le Defender américain conserve donc son titre et le trophée de l’America’s Cup qu’il détient depuis 2010. Jimmy Spithill, alors âgé de 30 ans, est le plus jeune skipper a avoir remporté l’America’s Cup en 162 ans d’histoire. L’équipe américaine est désormais double championne de la prestigieuse course à la voile !

 

En moins d’une semaine, Oracle est parvenu à optimiser les performances de son catamaran à aile AC72 à tel point qu’ils ont réussi à flirter avec les 30-32 nœuds de vitesse, une véritable prouesse technologique.

 

oracle-2.JPG

 

Jimmy Spithill, le skipper grand vainqueur du jour commente : « Ce fut une dernière course absolument fantastique. Si c’était à refaire, nous naviguerions de la même manière ». «  Nous étions certes menés jusqu’à la moitié du parcours mais l’équipage a vraiment tout donné pour reprendre le dessus. Nous sommes parvenus à nous relever en étant presque K. O. par 8-1 mais l’équipage n’a jamais douté de notre victoire »

 

En gagnant cette 19e course, dans la Baie de San Francisco, Oracle signe l’un des plus incroyable come-back dans toute l’histoire du sport. L’équipe américaine a remporté 11 courses au total. Jusqu’à mercredi 18 septembre, Oracle était mené 8-1. En s’adjugeant l’ultime balle de match, le defender a décroché sa huitième victoire consécutive.

 

C’est donc la troisième fois que l’America’s Cup se joue lors d’une ultime manche décisive. Précédemment, le defender l’avait remporté en 1920 puis c’était au tour du challenger en 1983.

 

« Ce fut une ultime rencontre historique » déclare le Directeur de course Iain Murray. « Des revirements de situation il y en a toujours eu comme l’avait fait Australia II en 83. Mais la dimension des bateaux d’aujourd’hui est sans pareille. Nous avons assisté à une compétition entre deux équipes d’un niveau exceptionnel ».

 

photo - Acea - Gilles Martin-Raget

 

Partager cet article

Commenter cet article