ActuNautique.com

Prince de Bretagne second du Tour de l’île de Wight

Hier, samedi 30 juin, Lionel Lemonchois et son équipage ont participé à la JP Morgan Asset Management Round the Island Race, ou tour de l'île de Wight, à bord du Multi50 Prince de Bretagne.

 

Remis à l'eau il y a une semaine à peine, après six mois de chantier, ils se sont adjugés la deuxième place de l'épreuve en temps réel après avoir avalé les 50 milles du parcours en 3 heures 17 minutes et 35 secondes.

 

Parti dans le deuxième groupe, celui des Multi Grand Prix, à 7h10, propulsé par une vingtaine de nœuds de vent, Prince de Bretagne a très rapidement rattrapé puis dépassé les grandes unités qui s’étaient élancées dix minutes plus tôt avant d’entamer un duel digne de Match Racing avec Actual d’Yves Le Blévec.

 

prince-de-bretagne.JPG

 

"Nous sommes rapidement sortis du Solent en enchainant les virement de bord sous trinquette et avec un ris dans la grand voile puis la bataille avec Actual a commencé. Nous l’avons doublé juste avant les Needles puis il nous est repassé devant et nous sommes restés bord à bord jusqu’à la pointe de Sainte Catherine, au sud de l’île, mais à l’envoi du gennak, il s’est littéralement envolé car au portant, il est réellement plus rapide que nous. En tous les cas, nous nous sommes bien amusés, c’était vraiment sympa. Plus encore que l’année dernière car c’était plus maniable et, par conséquent, plus agréable et plus rapide" a commenté sur ActuNautique.com, Lionel Lemonchois, peu de temps après avoir franchi la ligne d’arrivée.

 

De fait, en 2011, lui et ses hommes d’équipage avaient manqué de faire tomber le record du parcours établi en 2001 par Francis Joyon à bord de son trimaran de 60 pieds « Eure-et-Loir » pour 39 minutes.

 

Cette année, Lionel, Arnaud Aubry, Matthieu Souben, François Denis et Gery Trenteseaux ne sont passés à côté que pour onze petites minutes.

 

"Nous ne finissons vraiment pas loin. C’est encore plus vrai pour Actual qui termine dix minutes devant nous et qui rate donc le meilleur chrono pour une minute seulement. Quoi qu’il en soit, nous nous sommes bien battus et nous avons également pu constater que les petites modifications que nous avons effectuées lors du chantier de ces six derniers mois n’étaient pas vaines. Il s’agit de détails mais, à titre d’exemple, le chariot de grand voile qui nous avons changé nous permet aujourd’hui de le mettre au moulin à café au louvoyage et cela nous facilite pas mal la vie à bord" a ajouté le skipper, double vainqueur de la Route du Rhum alors qu’il entamait déjà, en milieu de journée, le convoyage retour vers sa base à Lorient.

 

Lorient qu’il espèrait atteindre ce matin pour assister au départ de la Volvo Ocean Race "et encourager les copains". 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article