ActuNautique.com

Rallye de l'ARC 2012 - le premier voilier a franchi la ligne d'arrivée

clemence rebours - vignette actunautique-copie-112, c'est le nombre de jours qu'il aura fallu à Vaquita, un class 40, pour rallier Sainte Lucie depuis Las Palmas, un bel exploit pour un 40 pieds.

 

 

C'est à 10h22, hier, heure locale, que Vaquita, un class 40 emmené par un équipage autrichien, a franchi en tête la ligne d'arrivée du Rallye de l'ARC 2012 à Rodney Bay, à Sainte Lucie, sous les applaudissements des spectateurs présents sur place.

 

La traversée de l'Atlantique, près de 3300 milles, aura précisément duré 12 jours, 1 heure et 37 minutes, pour ce 40 pieds, ce qui constitue une très belle performance pour ce type de bateau (la traversée moyenne sur un rallye de l'ARC est généralement comprise entre 18 et 21 jours) et un bel exploit pour l'équipage de 6 autrichiens qui, une fois la ligne d'arrivée franchie, s'est jeté à l'eau pour fêter son arrivée et profiter de la Mer des Caraïbes !

 

Vaquita-a-Sainte-Lucie.jpg

 

Skippé par Christof Petter, l'équipage comprenant notamment Andreas Hanakamp, l'ancien skipper du Team Russia de la Volvo Ocean Race et qui en est à sa troisième participation consécutive du Rallye de l'ARC, Vaquita aura littéralement surfé durant cette traversée, avec des pointes de vitesse frôlant les 25 noeuds.

 

Un rythme qui n'est généralement pas celui des participants de l'ARC, participants qui voient dans cette traversée moins un exploit sportif à accomplir ou une course à gagner, qu'un moment de convivialité à partager, en réalisant généralement un rêve qui leur est cher, réaliser une transatlantique.

 

Second bateau à pointer son étrave à Sainte Lucie, Berenice devrait franchir la ligne d'arrivée aujourd'hui, heure de Paris, sachant que le classement définitif ne sera connu qu'une fois les temps compensés calculés, Vaquita ayant le plus lourd handicap de la classe Racing du rallye.

 

Alors que l'équipage de Vaquita profite désormais des plages de Sainte Lucie, le rallye se poursuit dans l'Atlantique, avec une situation contrasteé.

 

Les Racers, partis 2 jours plus tôt que le reste de la flottille, sont ainsi confrontés à de la pétole, tandis que le gros des participants rencontre des vents de près de 20 noeuds, avec des pointes frôlant les 30-35 noeuds...

 

spock.JPG

 

Dans ces conditions, certains bateaux ont subi de graves avaries, tel Spock, qui a dû se dérouter vers le Cap Vert ayant démâté, sans avoir heureusement, à déplorer le moindre blessé, tout comme Modus Vivendi qui, confronté à un problème d'hydrovane a également dû s'y réfugier. Aujourd'hui, 8 bateaux ont abandonné suite à des problèmes techniques.

 

 

C. Rebours

"A Rumbo Libre en Amérique du Sud"

Partager cet article

Commenter cet article