ActuNautique.com

Saisie conservatoire d'un chalutier géant néerlandais de Parlevliet & Van der Plast à Cherbourg

Décidément, les chalutiers géants n'ont pas la côte en ce moment. Après le lituano-néerlandais Margiris, interdit de pêche dans les eaux méridionales de l'Australie, c'est au tour d'un navire battant pavillon allemand de faire la Une de l'actualité dans ce domaine.

 

Mercredi 12 décembre, la Maartje Theodora, un chalutier géant de 140 mètres de long est entré dans le port de Cherbourg suite à un contrôle des affaires maritimes opéré par le patrouilleur Thémis, qui a dévoilé des éléments troublants selon notre confrère La Manche Libre.

 

Maartje-Theodora.JPG

 

Sur les 3980 tonnes de poisson stockées dans les cales du navire, 2000 ne répondraient pas aux normes européennes de pêche, soit 50% de la cargaison, ce qui pose une fois de plus la question sur les pratiques de ces navires usines et la nécessité ou non de les interdire.

 

Si cette fraude était avérée, ce que la justice tranchera, autant dire que l'amende encourue par l'armateur néerlandais du navire, la société Parlevliet & Van der Plast, déjà à la manoeuvre avec le décrié Margiris, désormais dénommé Abel Tasman (!!!), serait particulièrement élevée. En attendant, ce dernier n'a pas versé la caution demandée et une procédure de saisie conservatoire du navire a été ordonnée, dont le montant sera connu lundi et qui devrait avoisiner le million d'euros. Le navire ne pourra quitter Cherbourg qu'une fois cette caution versée, caution qui n'exemptera pas l'armateur d'un procès en bonne et due forme dans les mois qui viennent.

 

Construit en 2000, le Maartje Theodora, qui bât pavillon allemand, mesure 140m de long pour 18m de large. Sa jauge brute est de 9082 tonnes pour un port en lourd de 10166 tonnes. Quant à l'armateur Parlevliet & Van der Plast, il détient en France des parts dans les sociétés de pêche Euronor et Compagnie de Saint Malo, au travers de sa filiale UK fisheries.


 

photo - MarineTraffic - Arjo Foeken

Partager cet article

Commenter cet article