ActuNautique.com

Saison en demi-teinte mais actualité chargée aux Vedettes Azénor (29)

Pour qui est finistérien et intéressé par le quotidien de certaines icônes brestoises, la refonte d’Azénor, le bateau-croisière brestois, n’est certainement pas passée inaperçue. La société a été reprise par Erwan Le Bihan en 2011, et sa vedette phare qu’est l’Azénor a subi un lifting en profondeur à l’hiver 2012.

 

Résultat : un bateau dont l’intérieur a été refait à neuf et devenu, par la grâce de nouveaux matériaux, bien plus accueillant. Exit la moquette vieillie, par exemple, et bienvenu au parquet et autres couleurs modernes et chaleureuses. Azénor, pour le coup, a perdu 10 ans et la vedette a pris l’allure d’une belle jeune fille à la silhouette toujours aussi touchante. Idem au niveau de la restauration proposée à bord puisque la gamme de menus s’est étendue. Mais la grande nouveauté, c’est qu’à bord de l’Azénor, vous avez désormais rendez-vous avec la cuisine, la vraie ! Seuls les produits frais sont maintenant tolérés et sont venus élargir l’offre.

 

Azénor-copie-1

 

Avec quatre menus, de 45 à 120 euros afin de satisfaire l’appétit du grand public comme celui des particuliers et autres entreprises en quête de repas plus haut de gamme.

 

Grand amateur de plongée sous-marine, Erwan Le Bihan s’est mis en tête de proposer une drôle de prestation : une animation scientifique d’une durée de deux heures, un véritable programme pédagogique établi en collaboration avec Océanopolis.

 

Le VACIL, puisque c’est le nom de ce nouveau système, existe depuis avril 2012 et son succès ne s’est pas fait attendre. Et pour cause : une caméra vidéo haute définition totalement repensée, allégée, reliée à de la fibre optique elle-même reliée à une quinzaine d’écrans HD installés à bord de l’Azénor. Le résultat, ce sont des images diffusées à l’écran et visible par tous, commentées et analysées en direct par un biologiste marin présent à bord. On est loin du simple bateau à fond transparent… 

 

Là où le bât blesse, néanmoins, c’est sur la fréquentation touristique durant l’été. Pour dire les choses clairement, la vedette, à l’exception de la prestation VACIL, n’a pas fait le plein. A tel point que l’Azénor vient de connaître sa plus mauvaise saison depuis cinq ans, tout simplement. Dur. Phénomènes météo, période d’élections présidentielles, les raisons pouvant expliquer un tel passage à vide sont nombreuses. Mais Erwan Le Bihan ne se cache derrière aucune d’elles : le passé doit servir la meilleure performance future…

 

La société Azénor a tout de même été projetée sous les feux de la rampe durant l’été. Le 14 juillet dernier, alors que les Tonnerres de Brest 2012 résonnent partout, le Président de la République François Hollande s’arrête en terre brestoise. Et où ça, s’il vous plaît ? Sur un navire de la flotte Azénor. Le Nyami 54 prototype d’un bateau à propulsion électrique est loué par Azénor depuis deux ans. Sur ce joujou flottant, François Hollande navigue en toute intimité dans la rade de Brest, parmi les voiliers traditionnels et les embarcations de particuliers. Un beau moment, forcément immortalisé par les caméras de télé et appareils photos du monde entier. 

 

Mais parce qu’il s’agit de toujours se donner de nouveaux objectifs, Erwan Le Bihan et Azénor se préparent à dévoiler un beau projet : la naissance d’un nouveau bateau, dont l’arrivée est fortement espérée pour le Vendée Globe 2012 qui partira des Sables-d’Olonne le 10 novembre prochain.

 

Actuellement construit à Douarnenez, afin de garantir l’identité bretonne de ce nouveau bébé, ce monocoque empruntera le sillage de sa grande soeur. Au menu, croisière et restauration, mais pensées pour plus de simplicité et d’accessibilité (35 euros pour une heure, environ). 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article