ActuNautique.com

Sea Shepherd doute de la volonté de l'Australie de protéger le sanctuaire baleinier austral

baleine-Greenpeace

 

Le capitaine du Bob Barker a écrit une lettre ouverte au ministre australien de l'environnement, qui dénonce l'inaction de l'Australie face au comportement des baleiniers nippons.

 

Cette lettre intervient quelques jours à peine après la seconde attaque perpetrée contre son bateau par la flotte baleinière japonaise. Le capitaine Hammarstedt y met en doute l’engagement du gouvernement australien de protéger le Sanctuaire Baleinier de l’Océan Austral, les autorités australiennes ne faisant rien contre "les braconniers" de la flotte baleinière japonaise.

 

ActuNautique rediffuse in extenso, la traduction de ce courrier :

 

 

Monsieur le Ministre,

 

Chaque année, avant le début de la saison baleinière en Antarctique, les gouvernements australien, néo-zélandais, néerlandais et américain demandent aux deux parties qui s’opposent au sujet de l’intégrité du Sanctuaire Baleinier de l’Océan Austral de faire preuve de modération. C’est un moyen pratique de se dégager de toute responsabilité dans les heurts qui se produisent en Antarctique – pourquoi s’impliquer pour faire respecter la loi par les braconniers, alors qu’il est tellement plus confortable de se borner à leur demander de jouer sagement?

 

J’admets avoir eu une lueur d’espoir lorsque vous vous êtes engagé, avant les élections, à envoyer cette saison un navire des douanes australiennes dans l’Océan Austral. C’était un geste bienvenu qui m’a beaucoup réconforté, surtout après que mon navire, le Bob Barker, a été percuté à plusieurs reprises l’an dernier par le navire-usine japonais, bien plus gros que lui, le Nisshin Maru. Mais cet engagement a été vidé de sa substance par le gouvernement Abbott qui a transformé la promesse d’envoyer un navire en promesse d’un avion, pour finir par ne faire décoller un avion qu’une seule fois dans toute la saison.

 

Eh bien, Monsieur le Ministre, je pense avoir montré de la modération cette saison, sur la foi que nous aurions la protection du gouvernement australien. Mais après avoir subi deux attaques consécutives, déclenchées sans la moindre provocation, qui comptent parmi les agressions les plus brutales de toute l’histoire des campagnes de défense des baleines de Sea Shepherd en Antarctique, je suis en train de perdre tout espoir.

 

Lorsque les baleiniers ont lancé de lourds projectiles en métal sur mon équipage, je lui ai demandé de ne rien envoyer en retour – même pas en légitime défense. La première fois que les bateaux harponneurs ont attaqué mon navire cette saison, j’ai préféré me rendre dans le sanctuaire de l’île Macquarie pour m’en débarrasser plutôt que de lancer une action en canot après l’autre pour empêcher ces criminels de me pourchasser. Et encore maintenant, je ne peux même pas arriver en vue du navire-usine sans que les harponneurs ne fassent des tentatives répétées pour endommager mon gouvernail et mon hélice.

 

Le 23 février 2014, quand les bateaux harponneurs japonais, le Yushin Maru et le Yushin Maru N° 3, ont traîné des centaines de mètres de câble d’acier devant mon bateau, je les ai informés par radio qu’ils agissaient illégalement. Je leur ai dit que j’avais neuf citoyens australiens à bord, j’ai même hissé le pavillon australien à mon mât de misaine pour les faire cesser. J’ai fait savoir clairement que le gouvernement australien avait été informé. Et pourtant cela ne les a pas dissuadés de m’attaquer. Chaque fois que le câble d’acier frôlait mon hélice, je me souvenais qu’un bateau des douanes aurait pu empêcher l’agression.

 

Je n’ai pas eu d’autre choix que de lancer mes canots gonflables pour défendre mon bateau.  Le lendemain, vous avez à nouveau appelé les deux parties au respect du droit maritime international, déclarant que ce qui était arrivé n’était pas encore clair.

 

Eh bien, ce navire des douanes, s’il avait été là, aurait pu relater chacun des pénibles moments de cette épreuve terrifiante, et s’il avait été là, alors je suis sûr qu’il aurait constaté sans difficulté qu’il y a une énorme différence entre deux navires braconniers traînant derrière eux 250 mètres de câble d’acier dans l’intention d’endommager délibérément le gouvernail et l’hélice d’un navire écologiste, et un navire écologiste déployant des canots gonflables pour tenter de se défendre contre une agression prolongée. L’objectif des braconniers, c’est d’enfreindre la loi, alors que le nôtre, c’est de la faire respecter. Je n’ai lancé mes canots qu’après avoir alerté les gouvernements australien et néo-zélandais ainsi que la Sécurité maritime que j’étais attaqué.

 

Monsieur le Ministre, je ne doute pas que vous soyez un fervent avocat des baleines, et je loue la fermeté de vos déclarations pour leur défense. Je reconnais même que si la décision avait dépendu de vous, et de vous seul, alors peut-être qu’un navire des douanes aurait été envoyé. Mais ceci mis à part, en l’absence de toute action pour faire respecter la loi ici, et alors que les promesses sont rompues, on défonce mon navire et on cogne mon équipage. Au nom de mon équipage australien je me demande combien d’avanies nous devrons subir avant qu’il ne soit fait savoir à Tokyo que le gouvernement australien ne tolérera aucune attaque non provoquée contre ses citoyens?

 

Je suis conscient que l’attaque contre mon navire a eu lieu hors du Territoire Antarctique Australien, mais la sécurité des citoyens australiens, même hors des eaux australiennes, est sous la responsabilité du gouvernement australien.

 

Je vous implore de faire savoir très clairement au Japon que des agressions non provoquées contre des citoyens australiens, et contre les navires qui les transportent, ne seront plus tolérées par le gouvernement australien.

 

La flotte Sea Shepherd a localisé le navire-usine des baleiniers trois fois cette saison. Nous les retrouverons encore une fois. Et lorsque nous les aurons retrouvés, les conditions météo seront pires, et les nuits plus longues. Si le gouvernement australien ne fait pas ce qu’il faut pour empêcher une troisième agression, alors je n’aurai pas d’autre choix que de me résigner à la réalité que le gouvernement australien a cédé le Sanctuaire Baleinier de l’Océan Austral aux braconniers japonais.

 

En mon âme et conscience je ne peux pas rester inactif quand je vois un crime se commettre sous mes yeux, à savoir dans le cas présent le meurtre de baleines menacées d’extinction et protégées.

 

Si personne n’est là pour faire respecter la loi, je n’ai pas d’autre choix que de pallier ce vide légal.

 

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de toute mon espérance.

 

 

Capitaine Peter Hammerstedt
Capitaine du Bob Barker

 

Partager cet article

Commenter cet article

planquais sylvie 09/03/2014 23:18

bravo pour votre action contre les navires japonais domage que les gouvernements ne prennent pas des sanctions contre la peche illegale on ne doit pas tuer les animaux que l on etudie bon courage
heuresement que vous etes la pour proteger ces pauvres baleines

Deridus 28/02/2014 15:32

Ce que j'écris est certainement trop sévère mais je ne peux m'empêcher : Les bombes de Hiroshima et Nagasaki n'étaient pas trop sévères quand on constate le manque d'humanité de la part de ces
japonais que je déteste plus que tout quand je constate leur barbarie. Alors je dis : US, Please try again on Hiroshima and more

saunier 28/02/2014 12:37

en esperant que le gouvernement australien fera quelque chose car la c est inadmissible

saunier 28/02/2014 12:35

je suis votre emission tout les jours et c est vrai que sa me retourne le coeur de voir des individus faire du mal a des animaux sans defense heureusement que vous etes la pour faire reigner la loi
sur le sanctuaire des baleines j admire ce que vous faite la flotte japonaise n a vraiment pas honte

admiratrice 27/02/2014 00:04

Je soutiens et j'admire ces personnes qui se battent pour défendre les océans. J'espère qu'ils obtiendront un geste du gouvernement australien et des autres. Ils devraient recevoir le prix nobel de
la paix...ils sont incroyables.