ActuNautique.com

SeaFrance liquidée, un dernier espoir subsiste

Comme tout le monde s'y attendait, le tribunal de commerce de Paris a décidé ce matin, la liquidation judiciaire de la société SeaFrance, filiale de la SNCF, société qui était la seule compagnie de ferries transmanche à battre pavillon français et qui exploitait une ligne Calais-Douvres.

 

C'en est donc fini des espoirs de reprise de la compagnie par le biais d'une coopérative ouvrière dont le projet, porté par la CFDT locale, s'est délité au fil des semaines, pour aboutir à de profondes divergences de vues entre les salariés de l'entreprise. Un projet retoqué par le juge, au motif qu'il présentait "le grave inconvénient de ne pas comporter le financement nécessaire pour redémarrer l'activité".

 

Un projet qui, soit dit en passant, n'aurait fédéré que 250 salariés de SeaFrance sur 880, prêts à y mettre leurs indemnités de licenciements pour racheter la compagnie.

 

 seafrance_moliere.jpg

 

La surprise du jour est venue de la société Eurotunnel qui a proposé, in extremis, de racheter les navires de la compagnie pour les relouer à la Scop, en créant une société d'Economie Mixte dans laquelle elle aurait été minoritaire. Las, sans succès également.

 

Au terme du jugement du tribunal de commerce, la société SeaFrance va donc être liquidée, ce qui ne signifie toutefois pas la disparition obligatoire de la société. 

 

Car cette procédure ouvre désormais la porte à des possibilités de reprise. En particulier de la société Louis Dreyfus Armateurs, qui associée au danois DFDS s'était vue tout bonnement éconduite par la CFDT, toute à l'élaboration de sa Scop.

 

Ce projet, qui dans sa seconde mouture prévoyait de reprendre 600 des 800 salariés de SeaFrance semble aujourd'hui porter tous les espoirs à Calais. Car il serait vraiment bien triste que la seule compagnie de ferries transmanche française disparaisse, alors que la demande existe.

 

En attendant, la SNCF a annoncé débloquer 36 000 000 d'euros pour financer les indemnités supra-légales promises pour les 880 salariés de Calais et les 130 britanniques. Des britanniques dont on n'aura pas beaucoup parlé...

 

Partager cet article

Commenter cet article