ActuNautique.com

Transat AG2R La Mondiale - 1700 miles avant l'arrivée à Saint Barth

AG2R

 

Au Nord comme au Sud, pas de trêve pascale en ce dimanche de Pâques !

 

1 700 milles, c’est beaucoup, et les équipages, partis il y a deux semaines jour pour jour de Concarneau, commencent à trouver le temps long, à fatiguer physiquement. Ce matin, les Sudistes naviguent dans des conditions toniques où il faut sans cesse régler le spi et barrer suivant le rythme des vagues, tandis que les Nordistes pestent contre ce vent de nord-nord-est trop mollasson à leur goût.

 

Décidément, cette route au nord de l’orthodromie aura donné du fil à retordre aux marins. Malgré la bascule qui leur a permis d’envoyer les spis hier, la force du vent n’est pas encore au rendez-vous pour débouler rapidement vers les Antilles. « Nous avons des conditions pas faciles sous spi. Nous avons 10 nœuds de vent max avec du clapot. Ce n’est pas évident dans ces conditions de faire avancer le bateau » reconnaissait Gwen Gbick (Made in Midi) à la vacation de 5 heures.

 

Les alizés puissants se font attendre pour le groupe du Nord qui reste cependant très concentré. Car malgré le démâtage de Gedimat la nuit dernière, trois bateaux continuent de se contrôler : Made in Midi et Interface au coude à coude, et Bretagne-Crédit Mutuel Performance légèrement décalé au Sud. Pour tous, les vitesses au compteur sont loin d’être affriolantes : à peine plus de 6 nœuds ! Autant dire que l’écart avec le groupe du Sud se réduit ce matin comme une peau de chagrin : 50 milles séparent Made in Midi en tête au classement de 5 h de Safran-Guy Cotten. Les Sudistes vont rapidement reprendre les commandes de la course.

 

25 à 30 nœuds de vent, une mer formée, les conditions de navigation dans le Sud sont pour le moins sportives.

 

Une main sur stick, l’autre à la manivelle de winch, les barreurs en ciré s’offrent des quarts sur le pont, version séances de musculation. Yoann Richomme (Skipper Macif) avouait qu’à l’intérieur du bateau, c’était plutôt ambiance machine à laver. « On a du mal à se caler pour dormir, et ça fait un potin d’enfer, du coup nous sommes toujours sur le qui-vive. La coque du bateau résonne, on a l’impression que dehors c’est le carnage, alors qu’en fait tout va bien. » Safran-Guy Cotten demeure toujours le plus rapide de la flotte sudiste et mène Skipper Macif par le bout du nez. « Nous ne comprenons pas pourquoi il va si vite ! » soulignait Yoann Richomme ce matin. Dans ce groupe de six bateaux les trajectoires diffèrent : Generali et Scutum lofent et se rapprochent de la route directe pour gagner en vitesse, Safran-Guy Cotten, Skipper Macif et La Cornouaille continuent leur trajectoire médiane, tandis que 30 Corsaires, persiste et signe au Sud pour cavaler dans du vent plus fort. La victoire à Saint-Barthélemy se jouera dans ce paquet de six bateaux. Les équipages ont encore une semaine pour tout donner…

 

=> suivre la Transat AG2R La Mondiale
=> toute l'actualité des courses au large et des régates

 

Classement au 20 avril à 5h00

 

  1. Made in Midi - Gwenael Gbick - Kito De Pavant - 1814,12
  2. Interface Concept - Jean Le Cam - Gildas Mahé - 1815,91 - 1,79
  3. Bretagne - Crédit Mutuel Performance - Corentin Horeau - Michel Desjoyeaux - 1842,13 - 28,01
  4. Safran - Guy Cotten - Gwenolé Gahinet - Paul Meilhat - 1900,66 - 86,54
  5. Skipper Macif - Fabien Delahaye - Yoann Richomme - 1901,10 - 86,98
  6. La Cornouaille - Roland Jourdain - Martin Le Pape - 1910,20 - 96,09
  7. Generali - Nicolas Lunven - Eric Peron - 1911,59 - 97,47
  8. Scutum - Gérald Veniard - Jeanne Grégoire - 1917,06 - 102,94
  9. 30 Corsaires - Alexia Barrier - Laurent Pellecuer - 1957,10 - 142,98
  10. Entreprendre en Cornouaille - Simon Troel - Ronan Treussart - 1981,71 - 167,59
  11. Guadeloupe Grand Large 1 - Mathieu Forbin - Arthur Prat - 2001,56 - 187,44
  12. Lorientreprendre - Yannig Livory - Guillaume Farsy - 2044,36 - 230,24
  13. Guadeloupe Grand Large 2 - Nicolas Thomas - Francois Guibourdin - 2128,38 - 314,26

 

Abandons

  • Cercle Vert - Gildas Morvan - Dalin Charlie
  • Gedimat - Thierry Chabagny - Erwan Tabarly

 

photo - A Courcoux

 

Partager cet article

Commenter cet article