ActuNautique.com

Transat Jacques Vabre - Virbac-Paprec 3 à moins de 48 heures du finish

Gagner des longueurs qui se transforment en milles, tel est le crédo de Jean-Pierre Dick et Jérémie Beyou. Aujourd’hui, le bateau bleu est encore le plus rapide avec des moyennes frôlant les 17 nœuds.

Son avance sur Hugo Boss semble désormais suffisante (143 milles, soit 30 % de la distance qu’il leur reste à parcourir) pour les protéger d’une quelconque contre-attaque de la part du tandem anglo-espagnol. Toutefois, la traversée de la mer des Caraïbes n’est une sinécure pour personne.

Les grains sont permanents et les orages se feront de plus en plus présents à l’approche du terminus devant la digue du port de commerce de Puerto Limon. « C’est du pilotage » convenait Armel Le Cléac’h à la vacation du jour. Jean-Pierre et Jérémie devront donc rester attentifs jusqu’au bout… Ce sera leur dernière épreuve de force après deux semaines d’une course déjà éreintante. 

imoca-banque-pop-cpratt2.jpg

Dans leur sillage, la dernière marche du podium est l’enjeu d’un gros bras de fer entre deux équipages jumeaux. Banque Populaire et Macif sont des sisterships menés par deux tandems trentenaires issus de la filière Figaro et qui ont pour point commun un esprit de compétition ultra aiguisé.

Ces deux bateaux sont bord à bord sous les côtes de la République Dominicaine, à 0,4 mille l’un de l’autre. La troisième place va donc se vendre très cher, au prix minimum d’une grosse fatigue à l’arrivée. La cinquième place est aussi au centre d’une bagarre à distance entre Bureau Vallée (5e), Groupe Bel (6e) et pourquoi pas Safran (7e) dont l’équipage a finalement renoncé à son escale technique pour changer une pièce de gouvernail. Du 3e au 7e Imoca, tous devraient en tout cas franchir la ligne d’arrivée dans la journée du 19 novembre… En même temps que le premier Multi50, Actual.

Yves Le Blévec et Samuel Manuard naviguent au large de la Colombie, à la longitude de Caracas et ont encore au programme une série d’empannages avant de toucher au but. Leur unique adversaire Maître Jacques, empétolé sous un nuage puis aux prises avec un casier de pêcheur au moment de doubler la Barbade, est désormais relégué à 287 milles.

Pour voir les premiers Class40 arriver, il faudra encore patienter une petite dizaine de jours.

A bord d’Aquarelle.com, Eric Drouglazet vient de fêter ses 44 ans… son troisième anniversaire en mer à l’occasion de la Transat Jacques Vabre.

Et quel plus beau cadeau que de le célébrer en tête de course ? Eric et son skipper Yannick Bestaven sont intouchables depuis le départ le 2 novembre.  Les Class40 sont désormais étalés sur 950 milles en distance au but. Le dénominateur commun entre tous ces « petits monocoques » est une navigation pénible dans des conditions instables, sous les grains. A noter qu’ils ne sont plus que neuf en course (contre 16 au départ) après l’abandon officiel des filles de Gust Buster.

imoca_-_bel.jpg

Partager cet article

Commenter cet article