ActuNautique.com

Traversée-surprise du détroit de Magellan, un soir d'embouteillage à l'embarcadère...

clemence rebours - vignette actunautique-copie-1Est/Nord-est, vent arrière. Adieu la route vers le sud, aujourd'hui j'ai pédalé le long du Détroit de Magellan... et je l'ai traversé, un peu par hasard.

 

 

Le mythique bras de mer s'est fait désirer : je le guettais depuis 50 km et soudain, juste avant le Terminal San Gregorio, il est apparu, juste à côté de moi. A la Estancia San Gregorio, où l'on dépèce le mouton par tonnes de laine, on aperçoit deux épaves, les armateurs ont choisi de les échouer là : deux monuments nationaux en souvenir de l'histoire maritime du Détroit de Magellan.

 

detroit-magellan-1.JPG

 

Ici, le vent peut souffler comme un damné. Aujourd'hui est un jour calme mais il me pousse déjà à 20-30 km/h sans trop d'efforts ! Je n'ai pas installé ma "voile", le paysage défile bien assez vite comme ça. Le long de la côte au sable noir : pampa, "pura pampa" comme disent les locaux pour t'indiquer que la route sera ennuyeuse. Mais il y mieux : raffineries et terminaux pétroliers, oléoducs, terrains minés, estancias... pas vraiment un coin à se dorer la pildora mais moi j'aime, j'aime beaucoup parce que 1. la pampa a un charme fou, je n'ai pas envie de la quitter et 2. c'est le Détroit de Magellan tout de même !

 

detroit-magellan-5.JPG

 

Après 100 km, l'heure est venue de laisser l'Estrecho de Magallanes à tribord ("Estrecho", en espagnol, signifie "étroit") et de poursuivre vers le nord, vers la frontière argentine. Je ne foulerai pas le sol de la Terre de Feu car même pour un voyage d'un an il faut faire des choix... Magie du voyage en solitaire : arrivée à la bifurcation "Terre de Feu", je vire, "tribord toute !" et pédale sur 16 km d'un bon vent de travers.

 

detroit-magellan-6.JPG

 

Et me voici bientôt à Punta Delgada, la "Primera Angostura" : le premier des deux plus étroits passages du Détroit, qui est aussi le point de départ des deux bacs de la société Austral Broom. Si elles m'ont dépassée sur la route, c'est à moi de faire un pied de nez aux centaines de voitures qui font la chenille sur les derniers km.

 

detroit-magellan-3.JPG

 

Car je découvre que les 11 et 12 février sont fériés en Argentine, Carnaval, et que ce soir... tout le monde rentre chez soi ! Malheureusement, Austral Broom a vendu l'un de ses 3 bateaux il y a un mois, et ce sont Patagonia et Fueguino qui ont pour mission de faire traverser tout ce petit monde avant l'aube...

 

detroit-magellan-4.JPG

 

detroit-magellan-2.JPG

 

Mon plan : planter ma tente à l'abri du vent, à côté du phare, me réveiller devant le Détroit de Magellan, puis repartir demain matin. Je n'ai pas un peso pour me payer la traversée, anyway ! Autre magie du voyage en solitaire : je rencontre Santiago qui va bouleverser tout cela. Je le vérifie dès que je suis seule : si le voyageur solitaire suscite la sympathie, la voyageuse solitaire double ses chances et la cycliste solitaire les triple. Santiago régule le trafic et les priorités à l'embarquement, il est un peu responsable de tout ça. Royal, il me propose de monter photographier le bateau à vide. Of course !

 

detroit-magellan-8.JPG

 

 detroit-magellan-7.JPG

 

Je gare le vélo devant les locaux de l'Armée et grimpe à bord. "Café ?" Bonne idée car après ma bourse, c'est ma sacoche "nourriture" qui commence aussi à se vider sérieusement ! Pain-maison, jambon, beurre et confiture accompagneront le-dit café dans la salle à manger de l'équipage. L'hospitalité chilienne n'est pas un mythe.

 

detroit-magellan-9.JPG

 

Lorsque nous remontons sur le pont, je comprends que le barouf du tonnerre n'était pas dû au chargement des véhicules : nous avons traversé !! Je viens de traverser le Détroit de Magellan en sirotant un délicieux café au lait et toutes mes affaires sont sur le continent ! J'ai droit à 3 minutes en Terre de Feu. Je l'aurai finalement foulée ! Au retour, je profite de ma traversée et commence à comprendre l'inédit de la situation... 

 

 detroit-magellan-10.JPG

 

En temps normal, 3 bacs d'une capacité de 700 m2 (70m x 10m) assurent la liaison entre Punta Delgada et Bahia Azul, entre 8h et 1 ou 2h du matin. 20 minutes de traversée, 50 au total le temps de charger/décharger... Patricio, le capitaine du Fueguino, et ses 13 équipiers opèrent 30 traversées par jour. En temps normal... La règle : chaque bac peut accueillir 56 voitures, mais il y a toujours 1 ou 2 camions dans la file pour réduire ce nombre. Et les camions sont prioritaires. Et si ce sont des camions-citernes (et il y en a beaucoup) les voitures peuvent directement attendre le bac suivant car les règles de sécurité interdisent qu'"inflamables" et automobiles embarquent ensemble. 

 

detroit-magellan-11.JPG 

 

Or, ce soir est un peu particulier. 1. depuis un mois et jusqu'à la fin de l'année, seuls deux bacs officient. 2. deux jours fériés viennent de suivre un week-end. N'ayant que 2 à 3 semaines de vacances par an, les "Fueguinos" (habitants de la Terre de Feu) en ont profité pour faire un tour hors de l'île. 3. C'est la saison haute, les touristes affluent. Résultat : ce sont 1100 véhicules au total qui chercheront à rallier la Terre de Feu dans la journée du 12 février... La majorité pointant le bout de son nez à partir de 16h. 

 

 detroit-magellan-12.JPG

 

Pour les capitaines et leurs équipes, c'est le début d'une longue nuit car la loi maritime exige que le service ne cesse qu'une fois le travail accompli. Les équipages des embarcations ont été doublés et Santiago parcourra plusieure fois les kilomètres de file jusqu'à 4h du matin, pour s'assurer que tout le monde embarque. Donnant la priorité aux camions, qui doivent livrer leurs marchandises, gérant le passage des camions-citerne, rassurant les automobilistes qui viennent demander, après 1h de marche sous un petit crachin frais, s'ils ont une chance d'embarquer avant l'aube... 

 

 detroit magellan 2

 

Le latin est sanguin ? C'est surtout sa bonne humeur, sa patience et sa bonne volonté qui sont de mise ce soir. Les "maté" infusent, les enfants jouent au ballon, certains se promènent sur la plage, et les véhicules avancent au pas. C'est qu'il reste de la route pour attteindre Rio Grande et Ushuaia, pour ne citer qu'elles ! Et des frontières à passer, et demain il faut être à 8h au travail ! Santiago tranquilise tout ce petit monde avec professionnalisme, humour et humanité : les frontières ont été prévenues, cette nuit elles ne fermeront pas, chacun sera chez soi avant l'aube. De fait, les automobilistes passeront bien à l'heure prévue, les tout-derniers arrivés embarquant à 6h du matin. A 13 900 pesos chiliens la traversée pour une voiture, c'est une bonne journée pour Austral Broom. Tant mieux car demain matin, à 8h, les équipes seront sur le pont pour accueillir les premiers passagers...

 

 detroit magellan 14

 

Quant à moi, puisque les militaires m'interdisent de planter la tente face au Détroit, je dors dans la cabana de Santiago et je me paye les luxes d'un lever de soleil, de deux autres traversées et d'un bain dans l'eau frisquette du Détroit de Magellan !

 

 

C. Rebours
"A Rumbo Libre en Amérique du Sud"

Partager cet article

Commenter cet article

DEVERS Annie 16/02/2013 12:39

Comment vas-tu supporter le train-train parisien après une période aussi riche de contacts ? Soit tranquille le Goncourt t'attend. Allez encore quelques coups de pédales. Bises ANNIE

Danielle et Thierry 16/02/2013 11:50

Superbe.... et je suppose que cela n'est qu'une partie de ton aventure, tu vas avoir de quoi écrire un bouquin entier à ton retour. Continue à nous faire rêver par procuration.

Annie Fiévet 16/02/2013 11:25

Merci pour ce reportage qui nous permet de voyager par la pensée et de partager tes émotions. Bon périple!

Rose-Marie 16/02/2013 08:52

Tu nous enchantes Clémence avec tes récits si joliment écrits.
Voilà une belle fin de périple au Chili, ça ne m'étonne pas de toi ; tu as aimé les chiliens et le Chili, ils te le rendent bien.
Je te souhaite le même bonheur en Argentine avant de nous retrouver sur la Costa Verde.

Pierre 15/02/2013 21:40

Super magique. Tu donnes tellement envie d'être à ta place. De vivre ces beaux instants imprévus. Ça faisait un petit moment que tes news avaient disparu... Cachotière ! C'était pour mieux nous
faire rêver.