ActuNautique.com

Un cargo à voile de 400 tonnes dans les cartons de l'association Poent Eo (56)

L'association Poent Eo milite depuis des années pour le développement du transport à voile, la diffusion d'information sur les conséquences du transport de marchandises et la promotion des alternatives, prenant en compte la dimension écologique et sociale.

 

Dans ce contexte, elle a imaginé un cargo à voile de 60 mètres de long et de 400 tonnes, dénommé Praocargo.

 

Proacargo se présente comme un voilier à deux coques, l'une grande et la seconde plus petite lui servant de lest de stabilité, comme un monocoque qui aurait son lest sur le coté. Cette petite coque devant rester toujours du coté au vent du navire, le prao présente donc une symétrie longitudinale. Pour virer de bord, le prao fait marche arrière, comme un train. Le praocargo sera pour ce faire doté de deux gouvernails situés dans chaque étrave de la grande coque.

 

Cargo-a-voile.JPG

C'est dans cette dernière que sera chargé le fret du navire, la petite servant uniquement de cabine pour l'équipage et les passagers. L'architecture spécifique du navire, par rapport à un voilier de charge monocoque, lui permet de :

  • s'affranchir des contraintes de dessin des sections de carène devant assurer la stabilité en charge et lège, sa stabilité étant assurée par le poids de sa petite coque 
  • s'affranchir de certaines contraintes mécaniques sur la coque, n'étant pas obligé d'être large pour être stable. 
  • s'affranchir de certaines contraintes mécaniques sur le gréement, la puissance du praocargo ne variant pas avec sa charge. 
  • avoir un rapport déplacement en charge/déplacement lège important. 
  • avoir un contrôle facile de l'assiette longitudinale par l'absence de tableau arrière. 
  • avoir une cargaison non soumise à la gîte et au ripage. 
  • avoir une manœuvrabilité avantageuse par la possibilité de faire demi- tour, sans tourner, en partant en « marche arrière », comme un train.
  • faire des vitesses bien plus élevées grâce à la finesse des coques et la raideur à la toile.

Son gréement lui permet quant à lui : 

  • un réglage précis du centre de voilure donnant une grande stabilité de route.
  • le chargement et déchargement du navire en autonomie.
  • un démâtage et remâtage complet du navire en autonomie.

 

Partager cet article

Commenter cet article