ActuNautique.com

Un Chantier, une histoire - le chantier Dubourdieu 1800 (33)

 

C' est en 1800, qu'un jeune charpentier du nom de Louis Dubourdieu fonde sur le bassin d'Arcachon, un chantier de construction de "tilloles", mot ancien désignant des bateaux de pêche à rames.

 

Le premier livre de comptes ne débutant qu'en juillet 1885, il ne reste du chantier du XlXème que le souvenir forcément imparfait transmis par la tradition orale, et quelques plans. Ces derniers ne portent pas de mention de taille, mais il existe alors au moins deux modèles de " tilloles ", la " Petite " et la " Grande ".

 

Ces bateaux de pêche à rames sont alors construits à l'unité, selon les désideratas spécifiques de chaque "patron".

 

Vers 1890, les " Tilloles " apparaissent dans le livre de compte avec un gréement complet. Le chantier naval Dubourdieu a donc construit quelques bateaux à voile, mais sur une très courte durée. Trois générations, en descendance directe, traversent le siècle aux commandes d'un chantier naval à la réputation croissante, d'où sortent chaque année entre 12 et 16 bateaux. 

 

Dubourdieu-Classic-DELUXE.jpg

 

A l'aube du XXème siècle, Emile  Dubourdieu, 4ème du nom, insuffle au chantier le souffle de la révolution industrielle en construisant les premiers bateaux à pétrole.

 

C'est en 1900 environ qu'apparaît le nom de "pinasse", dont l'origine est controversée. Pour certains, il viendrait du pin, bois souvent utilisé dans leur fabrication. Pour d'autres, il viendrait du droit de " pinasse " perçu par les seigneurs testerins sur toute pêche effectuée sur le bassin, et abolie à la fin du XVlllème par décret royal.

 

Toujours est-il que c'est aux alentours de cette date que les livres de compte du chantier  Dubourdieu font état de "pinasses" à pétrole. L'appellation " Tillole " survivra jusqu'à la première guerre mondiale, uniquement utilisée pour les commandes de clients locaux.

 

En 1918, la Marine Nationale passe ses premières commandes au chantier qui livre 6 canots de débarquement entre 8 et Il mètres. Des unités à pétrole, embarcations de travail, pêche ou ostréiculture, toujours construites sur mesure, seront " exportées " jusqu'en Bretagne, et leur taille peut atteindre les 16 mètres. Le chantier naval Dubourdieu a trouvé dès lors un nouveau débouché et fabrique des pinasses, sardinières et chalutiers qui pendant l'entre deux guerres seront vendues dans toute la France.

 

Au début des Années Folles, le Bassin d'Arcachon devient un lieu de villégiature très coté.

 

Dubourdieu-Picnic-CABIN.jpg

 

Gabrielle d'Annunzio y côtoie Jean Cocteau, et les riches négociants bordelais se font ériger des " folies " dans la Ville d'Hiver. Les distractions étant rares et les bains de mer quelque peu frais, ces touristes avant l'heure se tournent vers la mer et découvrent les joies de la navigation.

 

A la demande de cette clientèle particulière, le chantier naval  Dubourdieu, devenu " Emile Dubourdieu et fils " va faire évoluer sa pinasse de travail en petit bijou de plaisance: bois précieux vernis, cuivre et laiton polis, moteurs à pétrole dès 1909, puis à essence à partir de 1922, jusqu'à la transmission qui, à crémaillère pour l'ostréiculture, passe en ligne d'arbre directe ( à" talon ") pour la plaisance.

 

Ces " pinasses de Monsieur " sont pilotées par des marins du Bassin d'Arcachon, petits pêcheurs, qui se louent pour une saison. On organise alors des pique-niques très fins, avec les messieurs en canotiers et les dames en robes légères de lin clair. Dubourdieu devient le spécialiste des pinasses automobiles. 

 

En 1930, le moteur à essence règne en maître, et plusieurs constructeurs, originaires du Bassin, inventent le moteur marin : Chevillet, Castelnau, Couach, sont en passe de devenir des grands noms du motonautisme de plaisance. Dès lors, lentement, la part des bateaux de plaisance dans la production du chantier devient de plus en plus importante, pour être majoritaire dès les années 50.

 

En 1931, Emile se retire, laissant le chantier à ses fils, Guillaume et Pierre. Le chantier s'appellera désormais Dubourdieu Frères. En 1947, le fils de Pierre, Jean-Pierre, fait son apprentissage au chantier. Il reprend l'affaire avec son père lorsque Guillaume part à la retraite en 1961, et commence à dessiner les modèles.

 

C'est à Jean-Pierre que les pinasses actuelles doivent leurs lignes élégantes. Seul maître à bord depuis 1974, c'est encore Jean-Pierre qui " invente " en 1981 les " Classic Express ", pinasses de la nouvelle génération, lignes classiques et construction moderne en bois stratifié. De 1981 à 1999, une quinzaine de ses Classic Express sera mise à l'eau, ainsi que des créations sur mesure pour une clientèle de plus en plus prestigieuse, dont Philippe Starck. 

 

Dubourdieu-vedette.JPG

 

Après 6 générations de Dubourdieu , le chantier se retrouve sans successeur. L'aventure aurait pu s'arrêter là.

 

Emmanuel et Béatrice Martin, 65 ans à eux deux, relèvent le défi et rachètent le chantier en septembre 2000.

 

Désormais "Dubourdieu 1800", l'entreprise se modernise et internationalise ses ventes, portée par le phénomène d'engouement pour les bateaux de caractère, mis au goût du jour par les Italiens, et pourtant fabriqués depuis plus de 200 ans à Gujan-Mestras !

 

OEnologue de formation, titulaire d'un Master de Gestion, bilingue, Emmanuel Martin est un enfant du pays. Né et élevé sur le Bassin d'Arcachon, il a goûté très tôt aux plaisirs de la navigation, pratiquant le Windsurf en compétition de haut niveau. Passionné de voitures anciennes, la restauration automobile occupa ses loisirs au point qu'il envisagea un temps de s'y consacrer à part entière. Toutefois, ses débuts en oenologie l'ont conduit à gérer des propriétés viticoles pour le compte d'un grand groupe financier, où il pratiquait le mariage délicat des tours de mains ancestraux avec les technologies d'avant garde. L'élevage d'un grand cru requiert en effet les mêmes exigences que la construction d'un bon navire: tenir compte des contraintes de la nature et les sublimer de la main de l'homme. L'envie d'être maître de son destin, la passion pour la belle ouvrage et peut-être la nostalgie de I 'extraordinaire qualité de vie de ce coin d'océan enchâssé dans ses dunes blondes eurent raison de la vie rangée de ce jeune cadre supérieur.

 

Dubourdieu-Pinasse.JPG

 

Béatrice, son épouse, partageait son temps entre la direction d'une agence de voyages spécialisée dans la conception sur mesure de voyages haut de gamme et l'éducation de deux jeunes enfants. Sportive accomplie, et meneuse d'équipe, elle avait envie de concevoir du sur-mesure tout aussi prestigieux mais plus tangible.

 

Leur parcours a donc croisé celui de Jean-Pierre Dubourdieu qui cédait son affaire à plus de 70 ans, et leurs expériences conjuguées de la gestion, de la création et de la technologie a convaincu ce dernier: les pinasses ne mourront pas, elles vont connaître une nouvelle vie.

 

 

Selon le Classement d'ActuNautique 2010, le chantier  Dubourdieu 1800 est le 47ème constructeur français de bateaux de plaisance. ( accéder au classement d'Actunautique.com)

 

Partager cet article

Commenter cet article