ActuNautique.com

Un géant espagnol du poisson congelé sur le point de sombrer

La société espagnole Pescanova aurait caché l'ampleur de ses dettes et serait incapable de les refinancer. Le secteur de la pêche européen inquiet des conséqences d'une telle faillite.

 

 

Pour le groupe agroalimentaire espagnol Pescanova, rien ne va plus !

 

La soviété pourrait, dans les jours qui viennent, déposer son bilan, étant incapable de refinancer une dette en grande partie cachée aux analystes financiers !

 

La société s'est en effet déclarée en cessation de paiement le 5 avril, déclaration qui entraînera l'équivalent d'un redressement judiciaire, avec les les risques que cela implique pour les fournisseurs, notamment le secteur de la pêche.

 

chalutier-pescanova.JPG

 

Car Pescanova n'est rien moins que l'un des leaders européens du poisson surgelé, présent sur les 5 continents. Créée en 1960 en Galice, la société emploie près de 10 000 salariés de par le monde, pour un chiffre d'affaires de 1.5 milliard d'euros.

 

L'annonce de cette cessation de paiements a d'autant plus surpris le secteur que personne ne s'y attendait, la société, quotée en bourse, passant même pour prospère. Fin février, les premiers doutes sont apparus quand l'autorité des marchés financiers espagnols, la CNMV, aprrend par le direction de l'entreprise que celle-ci est dans l'incapacité de lui présenter ses comtpes 2012 !

 

Ce du fait d'écarts significatifs entre sa comptabilité et l'encours exact de sa dette ! Un détail !! Officiellement, Pescanova supporterait une dette de 1.5 milliard d'euros. Dans la réalité, l'encours exacts avoisinerait les... 2.7 milliards. Une situation intenable qui serait telle que les banques refuseraient de refinancer la socété.

 

Pescanova est présent sur l'ensemble de la filière pêche, au travers de sa flotte de navires, de fermes d'aquaculture et de ses usines de transformation du poisson. La société est la première a avoir disposé d'un navire congelant le poisson fraîchement pêché, dès 1961.

Partager cet article

Commenter cet article