ActuNautique.com

Un nouveau propriétaire pour le constructeur de bateaux de plaisance HanseGroup (Hanse, Dehler, Moody, Fjord)

Si le chantier naval allemand de Greifswald a connu une belle prospérité pendant des années notamment  avec sa gamme de voiliers Hanse (325 à 630e), la crise économique actuelle l'a particulièrement affecté ces 36 derniers mois. 

 

Confronté à une situation très difficile, son dirigeant, Michael Schmidt, a cédé ses parts dans la société, soit 64,7% du capital, au fonds d'investissement munichois Aurelius, le 31 juillet 2011, pour un montant non dévoilé, la société étant encore valorisée 30 millions d'euros en bourse.

 

Par cet investissement, le fonds d'investissement Aurelius se renforce dans l'univers du nautisme et de la plaisance, la société contrôlant déjà le paquebot de luxe  "Deutschland" (Reederei Peter Deilmann), sachant que la société est surtout active dans l'automobile (autoradios Blaupunkkt) et les spiritieux (Berentzen).

 

voilier Hanse 545

 

Cette prise de contrôle d'un fonds d'investissement dans un chantier naval allemand fait irrémédiablement penser au rachat, il y a deux ans, du grand concurrent allemand de HanseYachts, Bavaria Yachts, par le Hedge fund Anchorage & Oaktree à la société à Bain Capital, par conversion de créances.

 

Créé au début des années 90 par un self made man, Michael Schmidt, qui racheta les droits sur le voilier “Aphrodite 291" du suédois Karl Baier pour le faire construire en Allemagne, le chantier HanseYachts a connu, depuis lors, une forte croissance qui lui a permis de se frotter aux ténors du secteur, le français Bénéteau-Jeanneau et l'allemand Bavaria.

 

Souhaitant se positionner sur les différents secteurs de la plaisance, le groupe a mené une politique de croissance très (trop ?) ambitieuse, par les rachats successifs du constructeur de voiliers de luxe britannique Moody, de l'allemand Dehler mais aussi du constructeur norvégien de bateaux à moteur Fjord.

 

Avant la crise, le groupe HanseGroup employait près de 500 salariés pour un chiffre d'affaires de 135 millions d'euros, un niveau que la sociéyté ambitionne désormais de rattrapper sous 2 ans.

 

bateau a moteur Fjord

Partager cet article

Commenter cet article